Objectifs CO2 : c’est le plan ‘modéré’ qui l’emporte

 19/02/2019  Claude Yvens  Réglementation, Trucks
Objectifs CO2 : c’est le plan ‘modéré’ qui l’emporte

Cette fois, c’est définitif : le Parlement européen, la Commission et le Conseil se sont mis d’accord sur les objectifs de réduction des émissions de CO2 qui seront imposés aux constructeurs de poids lourds. C’est le plan de la Commission qui a été retenu, soit -15 % en 2025 et – 30 % en 2030.

En 2025, les poids lourds vendus en Europe devront donc émettre en moyenne 15 % de CO2 en moins par rapport aux valeurs de l’année de référence. Ces valeurs de référence seront calculées entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020, sur base des émissions officierlles de chaque type de véhicule et du nombre de véhicules vendus de chaque type. Pour réduire leur niveau global d’émissions, les constructeurs pourront à la fois présenter de nouveaux moteurs ou de nouveaux modèles (et même de nouvelles cabines aérodynamiques, dès l’été 2020). Les nouveaux modèles, s’ils sont à zéro émission, pourront dépasser de deux tonnes (au lieu d’une tonne initialement prévue) la masse maximale admissible. Cela devrait améliorer de manière significative le ‘business case’ des porteurs électriques, dont la charge utile souffrira moins du poids des batteries.

D’ici 2025, les véhicules à faibles ou à zéro émissions permettront aux constructeurs d’obtenir des ‘super-crédits’. En d’autres termes, ils compteront double. Pour être considéré comme un véhicule à faibles émissions, un poids lourd doit émettre moins de 350 grammes de CO2 par kilomètre. Pour un véhicule au gaz naturel, ce chiffre équivaut à 12,7 kg/100 km. Aucun véhicule de gamme lourde actuellement commercialisé n’atteint ce chiffre (on tourne autour de 23 kg/100 km). Les seuls véhicules à générer des super-crédits devraient donc être les camions électriques. Le système changera en 2025 : les constructeurs qui réalisent plus de 2 % de leurs ventes avec des véhicules électriques ou à hydrogène verront leur objectif assoupli.

D’après l’accord obtenu hier en trilogue, une révision des objectifs pourra intervenir en 2022.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !