VIL teste l’IdO dans un micro-entrepôt autonome en centre-ville

 22/10/2018  Philippe Van Dooren  News Logistics, ICT & Aménagement de magasins
VIL teste l’IdO dans un micro-entrepôt autonome en centre-ville

L’Internet des Objets – capteurs, objets et véhicules qui communiquent entre eux – peut apporter une contribution significative à une logistique urbaine efficace. Un micro-entrepôt autonome, où arrivent les marchandises de différents fournisseurs et destinés à être distribués en ville avec des véhicules adaptés, constitue une des applications possibles. Un tel entrepôt représente un pas supplémentaire dans la chaîne logistique et donc un coût en plus. En l’autonomisant, ce coût peut être réduit.

C’est ce qui apparaît dans les résultats d’Intello City, un projet VIL dans lequel un micro-entrepôt urbain est rendu autonome grâce à la technologie IoT. Les résultats ont été présentés hier. Pour le projet, la société innovante imec a développé une appli permettant d’activer différentes applications. Un espace de la Haute école Thomas More de la Kronenburgstraat à Anvers a été utilisé comme entrepôt. Une zone de chargement et déchargement a été créée pour le micro-entrepôt et dotée de capteurs de parking incorporés dans le revêtement routier. L’appli permet de réserver et gérer la zone. Les transporteurs de Samsonite et Proximus, les chargeurs participants au projet, ont pu ouvrir le verrou électrique de l’entrepôt sans personnel via l’appli afin d’y livrer ou d’y enlever leurs produits. D’autres applications peuvent encore être ajoutés à l’application.

Une première analyse économique montre, selon les chefs de projet du VIL, que l’utilisation de l’IdO peut réduire les coûts supplémentaires liés à cette configuration logistique. L’importance de cette épargne dépend toutefois de différentes variables : le nombre de colis, leur taille, les distances, etc.

Le projet a également débouché sur la conclusion que l’utilisation de l’IdO pour une logistique urbaine intelligente requiert une approche commune et donc davantage d’harmonisation de la méthodologie liée aux données et des systèmes plus ouverts. Il faut également utiliser des standards ouverts uniformes pour intégrer les différentes solutions smart-city dans une seule plate-forme.

Les participants au projet Intello City étaient bpost, CityDepot, GLS, P&G, Proximus, Samsonite et les villes d’Antwerpen, de Malines, de Louvain, WDP. Imec était le partenaire technologique et la Haute école Thomas More a mis le lieu pour le micro-entrepôt à disposition.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !