VIL étudie la ‘Fresh Food Logistics’

 28/06/2018  Michel Buckinx  News Logistics
VIL étudie la ‘Fresh Food Logistics’

Le VIL a étudié la logistique des produits alimentaires frais dans le cadre de son projet ‘Fresh Food Logistics’. But : détecter les maillons problématiques dans la chaîne logistique et trouver des pistes de solution. Onze entreprises ont participé au projet.

Le VIL pointe d’abord un souci au niveau des prévisions. Généralement le ‘forecasting’ a lieu à trois niveaux dans la chaîne sans beaucoup de concertation, ce qui crée autant de risques de pertes (ou de manque). Ces trois niveaux sont le magasin, le service d’achat central du retailer qui passe commande chez le fournisseur et le fournisseur lui-même. Chacun effectue son propre forecasting sur base de données limitées, ce qui mène à une accumulation d’erreurs. L’utilisation de logiciels spécialisés peut, selon le VIL, améliorer la concordance entre la demande et les commandes ou la production. Le VIL indique aussi que l’assortiment de produits frais augmente chaque année de 5 à 10 %, ce qui entraîne aussi pas mal de pertes.

Le VIL estime que davantage de concertation, de collaboration et de transparence au niveau des données au sein de la chaîne peut déboucher sur une situation win-win de toutes les parties impliquées avec davantage d’efficacité et moins de pertes d’aliments.

Les onze sociétés participantes : Belgian New Fruit Wharf, Carrefour, Delhaize, Groupe Mestdagh, Imperial Meat Products, Kuehne+Nagel, La Lorraine Bakery Group, Retail Partners Colruyt Group, Special Fruit, Vleeswaren Depuydt et Willis Towers Watson (Belgium).

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !