Vers une Europe toujours plus sociale

 19/04/2017  TM Extern  Opinion, enews
Vers une Europe toujours plus sociale

Le transport routier est un secteur vital pour l’économie européenne. Les poids lourds assurent 72 % de tout le transport de marchandises. Le secteur est aussi un important employeur offrant du travail à plus de 10 millions de personnes. En 2013, la Belgique comptait 8201 entreprises de transport pour près de 60.000 emplois.

Par la Commissaire Européenne Marianne Thyssen

Le phénomène du dumping social constitue un problème récurrent au sein de ce secteur et je suis pleinement consciente des dégâts qu’il cause. Le transport se limitant rarement aux frontières nationales, j’estime que l’Europe peut et doit jouer un rôle important, avec l’appui des états-membres, dans la recherche d’une solution.

Pour veiller à ce que le marché interne offre vraiment les avantages économiques et sociaux qu’il est censé offrir aux entreprises et aux citoyens, nous avons besoin de règles claires, justes et contraignantes. Plus tôt cette année, j’ai fait une proposition pour revoir la directive Détachement de 1996. Le but de cette réforme est d’abord de réduire la différence salariale entre les travailleurs locaux et détachés afin de combattre la concurrence déloyale. Avec cette proposition, je veux aussi affiner et préciser les règles. En raison de la spécificité du secteur du transport, nous proposerons en outre en 2017 un ‘paquet transport routier’ spécifique pour donner une réponse européenne aux problèmes propres au secteur.

Mais en plus d’édicter des règles claires, nous devons aussi veiller à ce que celles-ci soient observées. La directive d‘exécution est entrée en vigueur en juin de cette année. Cette directive donne aux inspections du travail nationales les instruments nécessaires pour combattre des phénomènes tels que les sociétés boîtes aux lettres et d’autres formes de fraude et d’abus. Cela facilite aussi l’échange d’informations entre les inspections du travail nationales des différents états-membres.

Une Europe sociale, dans laquelle les travailleurs bénéficient d’une bonne protection sociale sans en abuser, constitue une priorité absolue pour cette Commission. Et nous élargissons aussi l’approche : cette année, la Commission a réuni pour la première fois toutes les autorités nationales, les partenaires sociaux, la société civile et les citoyens pour leur demander ce qu’ils entendent par Europe sociale, et quel rôle le législateur européen peut y jouer. Même si nous ne remettons absolument pas en question notre modèle social ni nos conquêtes sociales, nous devons voir comment nous pouvons préserver ce modèle dans un marché interne compétitif et sur le marché du travail d’aujourd’hui et de demain. Un marché du travail qui est toujours plus dynamique, plus numérique et plus mobile. Les résultats seront compilés dans un ‘Socle européen des Droits Sociaux’ qui sera présenté l’an prochain.

Nous ne sommes pas encore au bout de la route, mais sommes bel et bien sur le chemin d’une Europe toujours plus sociale

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !