Véhicules autonomes 4.0 : Et le chauffeur, là-dedans ?

 07/09/2018  Claude Yvens  Trucks & Trailers
Véhicules autonomes 4.0 : Et le chauffeur, là-dedans ?

Certains annoncent déjà que l’arrivée de camions autonomes est LA solution à la pénurie de chauffeurs routiers. Il n’en est rien, tout simplement parce que les véhicules vraiment autonomes arriveront bien trop tard sur le marché.

La plupart des camions actuellement vendus sont déjà, en partie, autonomes. Ils peuvent freiner seuls en cas d’urgence ou suivre une bande de circulation. Pour aller plus loin, il faut ‘simplement’ leur ajouter des capteurs et pas mal d’intelligence logicielle en plus.

Encore pas mal de progrès à faire

C’est là que le bât blesse. Plusieurs experts doutent que les technologies actuelles (caméras, antennes, radars ou lidars) soient adaptées aux exigences d’une circulation sur route ouverte. En milieu fermé, par contre, cela fonctionne déjà très bien, comme le démontre (notamment) Volvo Trucks avec ses prototypes autonomes en milieu minier (en Suède), agricole (au Brésil), voire pour la collecte d’immondices. En Belgique, des bus autonomes seront exploités par De Lijn sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles en 2020.

« L’automation va se développer à un rythme différent selon le secteur », explique Peter Himpe (Managing Director de Volvo Group Belux). « Mais nous ne mettrons une nouvelle technologie sur le marché que si elle est au moins aussi sûre que ce qui existe déjà. Et nous ne sommes pas encore capables de dire si et quand nous pourrions introduire un camion amené à rouler sur la voie publique sans un chauffeur à bord. Dans tous les scénarios envisagés aujourd’hui, il y a toujours un chauffeur capable de prendre le volant, mais ce chauffeur cède les commandes au véhicule dans certaines circonstances. Selon nous, il gardera au minimum un rôle de supervision, que ce soit à partir de la cabine ou, pour certaines manœuvres, à distance. »

Avant d’en arriver là, les défis sont immenses : Défis technologiques (apparemment, même les lidars d’aujourd’hui ne sont pas suffisamment perfectionnés), défis d’infrastructure (aucun système de cloud n’est actuellement capable de gérer les petabytes de données que généreraient une grande masse de véhicules autonomes) et défis législatifs (un robot ou un véhicule autonome aura-t-il un jour une personnalité juridique ?) n’en sont que quelques exemples.

Le camion sans cabine

Le camion sans cabine existe déjà, à l’état de prototype. Un seul ‘conducteur’ contrôle plusieurs T-Pod à distance en utilisant une plate-forme d’intelligence artificielle développée par Nvidia. Le T-Pod est actuellement testé à Asta Zero, un environnement de test dont un des partenaires/actionnaires est… Volvo AB.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !