Traxio réclame l’harmonisation (ou la suppression) des LEZ

 13/12/2019  Claude Yvens  Réglementation
Traxio réclame l’harmonisation (ou la suppression) des LEZ

Traxio demande aux autorités fédérales, régionales et locales de suivre l’exemple de Rotterdam qui a décidé d’abroger sa zone basse émission (LEZ) à partir de l’année prochaine.

En Belgique, la création de zones à basses émissions suit un rythme différent dans quaque région : Anvers en a été le pionnier, Bruxelles a suivi cette année et Gand (entre autres) instaurera sa (LEZ) le 1er janvier prochain. Les villes flamandes doivent suivre une méthodologie commune, et il en va de même en Wallonie où Namur et Eupen seraient déjà sur les rangs. Selon Pieter Van Bastelaere (directeur Public Affairs chez Traxio), la Belgique risque cependant de se transformer en patchwork : « C’est pourquoi nous appelons les ministres régionaux et fédéraux de notre pays à réexaminer les diverses zones basse émission, ou à tout le moins à les harmoniser. Une éventuelle suppression des zones basse émission, à l’instar de Rotterdam, devrait également être négociable. »

L’exemple de Rotterdam est intéressant. Comme le signale Van Bastelaere, la ville néerlandaise a décidé d’abroger sa zone basse émission en deux étapes : les voitures à essence d’avant 1992 sont à nouveau autorisées à y circuler et les diesels postérieurs à 2001 pourront à nouveau rouler intramuros à partir du 1er janvier 2020. Mais dans le même temps, cela fait neuf ans qu’elle développe un réseau de bornes de recharge électrique (2000 en 2019)… et l’assouplissement de la LEZ ne concerne absolument pas les poids lourds.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !