Transport Roosens : la jeunesse au pouvoir

 12/10/2016  Claude Yvens  Expertise Center
Transport Roosens : la jeunesse au pouvoir

Les choses bougent très vite pour Transport Roosens : passage de témoin à la nouvelle génération, reprise de Thuysbaert et projet de déménagement vers la rive gauche du port d’Anvers. Le tout en quelques mois à peine : Stephan Roosens est un homme plein de projets !

Stephan Roosens a repris officiellement les rênes de l’entreprise familiale le 1er octobre 2015 avec son épouse Karolien Van Duyse. Aidés par un CFO externe (Peter van de Kerkhof), ils représentent déjà la quatrième génération de Roosens.

Un peu d’imprévu…

Stephan Roosens : « Mon père, pendant quarante ans, a fait grandir l’entreprise en passant de 7 à 45 véhicules. Nous avons d’abord décidé de nous concentrer sur le transport et revendu les activités logistiques à Mexico Natie. Ces activités, que gérait mon frère, existaient sous le nom de Blue Star Storage qui louait une concession à Zwijndrecht. De notre côté, quelques semaines après avoir repris les activités de transport, j’ai parlé avec Jan Thuysbaert qui avait une société assez comparable à la nôtre, même si plus petite.

Jan ne ‘sentait’ pas bien l’arrivée de la taxe kilométrique et cherchait une solution pour son entreprise. On en a parlé ensemble, et l’accord a été vite trouvé. Thuysbaert était une société saine, elle avait de bons clients, qui paient correctement et qui croient au service de qualité. L’affaire a été financièrement conclue à la mi-mars, et la reprise a été effective le 1er avril. Aujourd’hui, je dirais que les activités sont déjà intégrées à 85 %. En juillet, tout fonctionnera au sein d’une seule société.»

Et voilà comment Roosens est passé de 45 à une soixantaine de camions d’un seul coup. Ce n’est pourtant pas seulement une question de taille, même si le transport de conteneurs nécessite une certaine taille pour être rentable. Stephan Roosens : « La proposition de Thuysbaert tombait à point nommé. Nous dépendions trop d’un petit nombre de clients. Les risques sont maintenant mieux répartis. »

A côté du transport de conteneurs, Roosens développe aussi le transport par citernes (de 2 à 5 véhicules par jour, principalement pour Wolf Oil) et une niche très spécifique : le transport de chariots élévateurs en surbaissées, qui occupe tout de même une dizaine de véhicules par jour en Belgique et en France.

100 % belge

Le transport de conteneurs reste cependant la grande spécialité de l’entreprise, que la famille Roosens continue à exercer avec 100 % de chauffeurs belges, tous en ordre avec le Code 95. « Parce que nous sommes convaincus qu’il y a des clients qui croient encore en nous et qui sont prêts à payer pour le service de qualité que nous leur offrons, » assure Stephan Roosens. Et le service, dans ce cas précis, c’est assurer la livraison des conteneurs dans des fenêtres très petites. 80 % des missions doivent être exécutées à heure précise, ce qui fait peser une lourde charge sur les équipes de planification.

« C’est tout l’art de combiner les missions et de mettre à la disposition du client une organisation bien huilée, poursuit Stephan Roosens. C’est pourquoi nous travaillons au départ de deux sites d’exploitation, un de chaque côté du l’Escaut. Sur la rive gauche, nous avons un grand parking et sur la rive droite, un terrain avec notre propre reachstacker. »

Les bureaux et l’atelier, eux,  sont toujours situés à Haasdonk, là où l’activité familiale a débuté. Mais les choses vont changer. « Nous allons bientôt déménager vers la rive gauche, explique Stephan Roosens. Cela devient nécessaire pour limiter les kilomètres à vide et les heures non productives, davantage que pour des raisons liées à la taxe kilométrique. Nous avons calculé qu’en un an, la concession sera remboursée. »

Le plan devrait se préciser à l’automne : « Nous sommes candidats à une concession auprès de MLSO (la société qui se charge des développements économiques sur toute la rive gauche du port d’Anvers, NDLR). Les terrains y sont déjà prêts à bâtir, et notre plan est d’être opérationnels au début 2018 au plus tard. Mais le plus tôt sera le mieux : le dépôt que nous pourrons installer représentera une valeur ajoutée pour nos clients, surtout les clients reefer, parce que nous pourrons leur rendre un service plus rapide, parfois à une demi-heure près. La principale contrainte restera cependant les horaires de travail dans la zone du port, mais nous ne pouvons rien y faire.»

130_TB258_02

20 ans trop tard

Persuadé que son déménagement bénéficiera à l’entreprise, Stephan Roosens est par contre moins optimisme en ce qui concerne le ring d’Anvers : « Il arrive vingt ans trop tard ! Est-ce que je le verrai seulement complet avant de prendre la retraite ? »

D’ici là, Stephan Roosens et son épouse auront eu le temps de développer leur vision de l’entreprise familiale : « Le sommet doit être bon, et chaque division doit pouvoir compter sur les bonnes personnes. Je suis peut-être le patron, mais je veux rester proche des gens. Il m’arrive même encore de rouler parfois la nuit, quand il manque un chauffeur. »

Stephan Roosens accorde beaucoup d’importance au dispatching : « Je l’ai fait pendant 16 ans. C’est au planning qu’on gagne de l’argent, en trouvant les meilleures combinaisons. C’est de ce service-là que viendra notre succès, malgré les problèmes de mobilité qui ont fait passer notre vitesse commerciale de 68 à 63 km/h en un an. »

130_TB258_03

Roosens en bref

Spécialités : transport de conteneurs, par citernes, surbaissées, bâchées
Flotte : 60 tracteurs (Volvo, DAF, Scania et MAN), 150 semi-remorques, dont 120 porte-conteneurs + citernes et surbaissées (Van Hool, Berdex, Renders et Flandria)
IT : Navision + Transics

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !