Transport Norbert Maes: confiance en l’avenir

 14/08/2015  Claude Yvens  Expertise Center
Transport Norbert Maes: confiance en l’avenir

Un portefeuille de clients en équilibre, répartis sur différentes activités de transport. Un intérêt marqué pour l’innovation. Voilà les fondements sur lesquels repose la société de transport Maes de Lichtervelde.

Pascal Maes représente déjà la quatrième génération familiale. Il est à la tête de l’entreprise de Lichtervelde depuis 2015. Peu après sa création, l’entreprise s’est spécialisée dans le transport bâché, frigorifique et de produits en vrac aussi bien au niveau national qu’international.

T&B: Trois spécialités pour une seule entreprise. Une carte jouable?

Pascal Maes: A priori, cela ne semble pas évident, car chaque type de transport a ses particularités que ce soit au niveau de la manutention ou des véhicules. En nous spécialisant, nous avons constitué, au fil du temps, un portefeuille de clients très équilibré et diversifié. Nos clients sont actifs dans des secteurs très divers et, autre caractéristique, avec des pics différents dans leurs volumes de transport. Nous pouvons donc travailler de façon régulière et absorber en partie les pics d’activités ainsi que les périodes creuses.

Quelle est la répartition entre vos différentes activités ?

PM : Environ 60% de nos véhicules sont affectés au transport de vrac au sein du Benelux et, de façon marginale, en France également. Le transport frigorifique effectué pour le compte de Metro représente 25% de notre capacité de transport. Les véhicules frigorifiques roulent soit en distribution, soit en charges complètes, essentiellement vers la France. La troisième activité qui est aussi la plus modeste, c’est le transport bâché, principalement des marchandises palettisées.

Malgré une économie qui bat de l’aile, votre parc de véhicules a grandi de 30% en une seule année.

PM : Un de nos clients, avec lequel nous collaborons déjà depuis de nombreuses années, nous a demandé si nous étions prêts à investir dans du nouveau matériel parce qu’il allait complètement externaliser le transport. Une opportunité unique pour nous de croître de manière contrôlée. C’est ainsi que nous avons acquis 10 véhicules supplémentaires en un an, ce qui a fortement impacté notre organisation.

maes (3)

Rythme soutenu

Au cours de ces dernières années, le secteur a fait face à de nombreuses nouveautés… Comment les anticipez-vous?

PM : L’entreprise a pris l’option de suivre de près les évolutions du secteur et de les implémenter plutôt que d’adopter une attitude passive. Lorsque l’attestation de compétence professionnelle pour les chauffeurs ou code 95 a été lancée, nous avons immédiatement mis en place des formations. La plupart de nos collaborateurs ont déjà bouclé le premier cycle de formation.

Et le nouveau tachygraphe digital?

PM : Le tachygraphe digital de la dernière génération qui a été installée dans nos véhicules est beaucoup plus précis. Par rapport aux modèles précédents, nous atteignons facilement une demi-heure à une heure de gain de temps supplémentaire. Pour nos chauffeurs, ces missions journalières peuvent faire une grande différence!

Et le dumping social au sein du secteur?

M : Dans beaucoup d’entreprises, l’utilisation de chauffeurs étrangers est devenue une banalité. Certaines ont même choisi d’expatrier une partie de leur flotte en Europe de l’est, mais la situation évolue déjà. En effet, ces derniers temps, des chauffeurs portugais font leur apparition, mais je suppose que ce phénomène sera passager lui aussi. Nous avons effectué de la traction de conteneurs, mais nous avons rapidement mis fin à cette activité, car elle n’était vraiment pas rentable. Nous travaillons exclusivement avec des chauffeurs belges et nous mettons tout en oeuvre pour respecter les réglementations. Nous évitons ainsi de payer des amendes astronomiques et, autre avantage, nous créons au sein de l’entreprise une certaine paix sociale. Beaucoup de chauffeurs apprécient notre politique à sa juste valeur, ce que vient confirmer notre très faible taux de rotation.

L’introduction de nouveaux véhicules et des normes euro se déroule à un rythme soutenu. Une bénédiction ou un désastre ?

PM : Nous préférons investir tout de suite que d’attendre. Investir dans du matériel neuf est rentable. De cette façon, nous disposons en permanence de véhicules qui satisfont aux dernières normes, par exemple les normes d’émission (Euro 6). Cela représente un gain de temps appréciable pour le planning, par exemple, car nos collaborateurs ne doivent plus s’inquiéter des zones low emission. Ce sont des éléments qui peuvent paraître anodins, mais qui ont plus d’impact qu’on ne l’imagine. En outre, la consommation d’un véhicule neuf est en moyenne toujours moins élevée, ce qui n’est pas négligeable dans un secteur où chaque cent compte.

Comment voyez-vous votre entreprise évoluer à terme?

PM : Notre ambition est de poursuivre notre croissance interne pour arriver à une quarantaine de véhicules et un portefeuille de clients bien équilibré. Avec un tel parc de véhicules, nous pouvons mieux structurer notre organisation. Normalement, mon frère devrait alors rejoindre la direction de l’entreprise. L’installation d’un nouveau garage s’inscrit aussi dans nos projets à relativement court terme. Selon nous, cet investissement se justifie pleinement, car il cadre dans notre politique d’extension du parc.

Et quid de la taxe kilométrique?

PM : Le système sera peut-être plus étanche, contrairement à la vignette actuelle, qui est souvent exploitée par les entreprises étrangères. Je n’ai pas de problème avec la taxe kilométrique en soi, c’est surtout le système de tarification qui m’irrite!

maes (2)

Transport Norbert Maes en bref

Localisation: Lichtervelde

Flotte: 31 tracteurs (80% Renault Magnum, Premium et T-range, 20% DAF type CF et XF), 35 semi-remorques (Turbo’s Hoet, Fruehauf, A&D Trucks, Spitzer et Chereau)

Spécialité: transport bâché, frigorifique et vrac.

Concessionnaires: Vansteeland (Renault) Turbo Trucks (DAF)

Texte et photos : Geert De Temmerman

Transport Norbert Maes – Confiance en l’avenir

Transport Norbert Maes – Vertrouwen in de toekomst

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !