Trafuco reprend ATTS (Talke) INTERVIEW

 01/04/2016  Claude Yvens  Economie
Trafuco reprend ATTS (Talke) INTERVIEW

Trafuco (Transporteur de l’Année 2015) annonce la reprise de la société Alfred Talke Transport Services, l’activité belge de transport du groupe allemand Talke. C’est le premier pas d’uns stratégie de croissance externe pour la société anversoise.

ATTS est installé à Zwijndrecht et effectue avec une flotte de 36 tracteurs des transports de vracs liquides en Europe de l’ouest. Cette reprise fait passer le chiffre d’affaires de Trafuco à 35 millions EUR, réalisé à 100 % avec du personnel sous statut belge (265 personnes). L’an dernier, Trafuco avait bénéficié d’une injection de capital de la part de D2E Capital, et la reprise d’ATTS est la première étape d’un plan de croissance ambitieux. De son côté, Talke conserve deux sociétés et une cinquantaine de personnes en Belgique : Alfred Talke Logistics Services à Zwijndrecht et Talke België à Kallo.

Marc Van Den Broeck : “C’est une première étape’

“L’an dernier, nous avons annoncé que nous allions doubler de taille dans les cinq ans, de manière horizontale ou verticale. Ceci est une première étape, nous explique Marc Van den Broeck, CEO de Trafuco. La reprise d’ATTS en est un exemple parfait parce que les activités sont compatibles à 100 % avec les nôtres : il s’agit du même matériel, des mêmes compétences et des mêmes clients. ATTS et nous avions par exemple six clients communs. Nous allons pouvoir développer notre concept sde solution logistique totale pour le secteur chimique, tant en vracs qu’en marchandises emballées et en conteneurs, mais sur une zone plus large. Trafuco, jusqu’à présent, avait un rayon d’acion assez réduit, mais la reprise d’ATTS va nous permettre d’offrir un service plus complet sur l’Allemagne par exemple. ”
Dans un premier temps, les activités d’ATTS resteront gérées à partir de Zwijndrecht. “C’est possible puisque ATTS était déjà une entité indépendante des autres activités logistiques de Talke à Anvers, poursuit Van den Broeck. Par la suite, nous envisagerons de les intégrer davantage.”
Si l’annonce de la reprise d’ATTS survient la veille du lancement de la taxe kilométrique, c’est un pur hasard. “Mais la taxe kilométrique est aussi une des raisons qui nous a poussés à reprendre ATTS, termine Van den Broeck. Elle oblige les transporteurs à rechercher des synergies et à optimaliser leurs plans de transport. cela va conduire nécessairement à une plus grande concentration du marché.”

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !