TLV : “une taxe kilométrique pour chaque forme de transport de biens”

 30/09/2015  Claude Yvens  Réglementation
TLV : “une taxe kilométrique pour chaque forme de transport de biens”

« TLV exige une application cohérente de la législation qui soumet chaque véhicule moteur ou combinaison de véhicules dont le poids total autorisé dépasse 3,5 t à la taxe kilométrique. Pour combattre la concurrence déloyale, les véhicules avec crochet qui peuvent former un ensemble de plus de 3,5 t doivent aussi être soumis à la taxe kilométrique. Même si le véhicule moteur est une camionnette de 3,5 t maximum. Ces ensembles peuvent effectivement transporter jusqu’à 9 t de chargement. Lorsqu’un véhicule de 3,5 t possède un crochet et peut donc former un ensemble routier, il doit relever du champ d’application de la taxe kilométrique.

Viapass s’en tient actuellement à une autre interprétation du décret. Le fait que les camionnettes avec crochet seraient exclues est néfaste pour ce que l’on veut atteindre avec cette taxe kilométrique. Le fait de ne parler que de poids lourds dans la communication est dès lors trompeur. »

Pourquoi une taxe kilométrique pour chaque forme de transport de biens ?

« Il y a d’une part l’aspect de la concurrence déloyale », répond TLV. « Les membres de notre organisation se plaignent de la perte de travail à cause de camionnettes avec remorques qui transportent des biens qui auparavant n’étaient transportés que par camions. Les émissions par tonne/km sont également nettement supérieures lorsque les biens sont transportés au moyen de ces ensembles. D’autre part, le passage à des véhicules plus petits a aussi un impact sur la mobilité. Plus de véhicules sur la route signifie plus de risques encore de files, un aspect dont souffrent déjà notre secteur et tous les navetteurs.

La pression sur les prix dans le secteur du transport est intenable. Les marges restreintes obligent le transporteur à répercuter intégralement l’augmentation des coûts. Le fait que seul le transport de marchandises par camion soit visé par cette nouvelle taxe est inacceptable pour le secteur du transport. »

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !