Taxe kilométrique, un an déjà

 05/04/2017  Michel Buckinx  Economie, Réglementation
Taxe kilométrique, un an déjà

La taxe kilométrique belge souffle sa première bougie. Le bilan est-il positif ? Les revenus correspondent-ils aux prévisions ? La taxe a-t-elle accéléré l’écologisation du parc ? Pas mal de questions donc, mais aussi quelques réponses.

Viapass, entité publique interrégionale qui contrôle et coordonne le prélèvement kilométrique pour le compte des régions, avance un certain nombre de chiffres à l’occasion du premier anniversaire du péage made in Belgium.

Ainsi, les camions de + de 3,5 tonnes ont parcouru au total 5,7 milliards de km sur les routes à péage pour des revenus de 648 millions d’euros (pour les 3 régions). Pas mal, direz-vous, sauf que c’est quand même 100 millions de moins que prévu… Une explication ? Selon Viapass, cela serait notamment dû au passage plus rapide et plus important que prévu aux véhicules propres, donc moins taxés. Bonne nouvelle donc ?

Par région, cela donne 408 millions € de revenus pour la Flandre, 9 millions pour Bruxelles et 229 millions pour la Wallonie. Sachez encore que le 1er juillet, Bruxelles et la Flandre vont indexer les tarifs de prélèvement comme prévu dans le décret et selon l’index, soit environ 2 % (chaque région a la compétence d’indexer et modifier ses tarifs). Les taux restent inchangés en Wallonie en 2017.

Le calcul des kilomètres parcourus est effectué par l’OBU (On Board Unit). Viapass donne le top 5 des pays qui fréquentent les routes belges (derrière la Belgique avec 19 %) : Pologne, Pays-Bas, Allemagne, France et Roumanie. En termes de péages perçus, cela donne : Belgique (46 %), Pays-Bas (11 %), Pologne (9 %), Roumanie (6 %) et Allemagne (5 %). Notons encore que 86 % des revenus proviennent de véhicules de plus de 12 tonnes et que 80 % des véhicules répondent à la norme Euro 5 ou Euro 6.

Satellic, Axxès et bientôt d’autres

Dès le lancement de la taxe kilométrique, deux opérateurs étaient homologués pour l’installation des boîtiers : Satellic et Axxès. Le premier annonce plus de 540.000 OBU actifs et la distribution de 2000 OBU par semaine pour le moment. Le deuxième revendique 135.000 poids lourds équipés et axe sa stratégie sur l’interopérabilité. Son boîtier Viaxxès Sat est en effet interopérable sur le réseau belge, français, espagnol, portugais, autrichien et utilisable aussi dans le tunnel du Liefkenshoek ainsi que dans l’Herrentunnel en Allemagne. Le développement de l’interopérabilité est prévu en Italie (2017) et Allemagne (2018).

Trois nouveaux prestataires testent actuellement leurs systèmes pour obtenir l’accréditation de Viapass : Total, Eurotoll et Telepass. WAG Payment Solutions (Tchéquie) et T-Systems-EETS ont également manifesté leur intention de s’installer sur le marché belge.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !