Taxe kilométrique : le patron de Volvo Trucks Belgique tire la sonnette d’alarme

 16/03/2016  Yannick Haesevoets  Economie
Taxe kilométrique : le patron de Volvo Trucks Belgique tire la sonnette d’alarme

Sortie remarquée de Peter Himpe, Vice President Volvo Group Trucks Belux, qui n’hésite pas à prendre une position forte à propos de la taxe kilométrique. Pointant du doigt le refus de certains chargeurs de voir les transporteurs répercuter le coût de la taxe, il met en garde contre les conséquences dramatiques que cela pourrait avoir. Sur le secteur du transport en premier lieu. Mais également sur l’économie belge en général.

« Nous sommes à l’écoute du marché et nous entendons de plus en plus souvent que certains donneurs d’ordre refusent que les transporteurs répercutent la redevance dans leurs prix. Ils estiment que les transporteurs doivent la supporter eux-mêmes et doivent l’absorber par des optimalisations internes. Avec leurs marges bénéficiaires extrêmement réduites, les transporteurs sont toutefois dans l’impossibilité de le faire, » estime P. Himpe. « Pire : même si les transporteurs arrivent à répercuter intégralement la redevance, celle-ci aura un effet dévastateur sur leur situation financière, entre autres parce que leur position de cashflow sera gravement détériorée. Nous craignons dès lors des faillites, ce qui provoquera un effet domino touchant non seulement les fournisseurs des transporteurs, mais également l’économie belge dans son ensemble. »

La rentabilité au plus bas
Cela fait des années que la rentabilité des transporteurs routiers belges est mauvaise. Même dans les bonnes années d’avant la crise, elle ne dépassait pas les 2,5%. En 2009, elle a même chuté à presque zéro pourcent et depuis, elle reste à des niveaux totalement déprimés

« Ceci impacte bien sûr la rentabilité moyenne de leurs concessionnaires de camions. Toutes marques confondues, elle n’est que de 0,4%. Ceci signifie que si des entreprises de transport font faillite suite à la redevance kilométrique, c’est tout le secteur du camion en Belgique qui souffrira, » avertit Peter Himpe.

Cash-flow et délais de paiement
D’autres indicateurs montrent la très grande vulnérabilité des transporteurs belges. Leur position de cash-flow est déplorable et les clients tendent à payer leurs factures de plus en plus tard. De plus en plus de sociétés de transport connaissent dès lors des problèmes de liquidités.

Du fait de la redevance kilométrique, le cash-flow des entreprises – c’est-à-dire les flux de trésorerie dont elles disposent – va encore se dégrader davantage, non seulement parce qu’elles doivent payer une caution de 135 euros par boîtier et une caution de 1.600 euros pour deux mois aux sociétés de prélèvement de la redevance, mais également parce que celle-ci doit être payée immédiatement alors que les clients payent de plus en plus tard. « Ceci veut dire que même si un transporteur arrive à répercuter entièrement la redevance kilométrique, son entreprise va au-devant de graves problèmes de cash-flow. Et s’il n’arrive à répercuter que partiellement, ces problèmes risquent d’être fatals, » estime Peter Himpe.

Selon lui, il est donc inévitable que les chargeurs et les donneurs d’ordre acceptent la hausse des prix de transport et qu’ils la répercutent eux-mêmes sur les consommateurs.

Pour tout savoir sur Volvo Trucks, rendez-vous sur notre Transport & Van In Belgium Directory !

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !