Tachygraphe intelligent obligatoire : les fraudeurs cherchent de nouveaux moyens pour trafiquer les appareils

 31/07/2019  Erik Roosens  Expertise Center, Trucks & Trailers
Tachygraphe intelligent obligatoire : les fraudeurs cherchent de nouveaux moyens pour trafiquer les appareils

À partir du 15 juin 2019, chaque nouveau camion devra être équipé d’un nouveau tachygraphe. Grâce à la connectivité de ce tachygraphe intelligent, la police pourra vérifier à distance que l’appareil fonctionne normalement et qu’il n’y a pas de fraude.

La principale nouveauté du tachygraphe intelligent est sa connectivité. « Il dispose d’un module DSCR (Communications dédiées à courte portée) qui permet à la police de vérifier depuis une courte distance si le tachygraphe a été calibré et si le fonctionnement de l’appareil n’a pas été perturbé », explique Greet Dejaegere, Business Unit Manager de Rauwers Controle. Dans le cas contraire, ils peuvent arrêter le véhicule et procéder à un contrôle ciblé. Les nouveaux appareils seraient mieux protégés contre la fraude.

La vérification à distance se limite à 19 ‘paquets d’informations’ tels que les failles de sécurité, les coupures de courant, les conflits entre les données collectées par les capteurs et les mouvements, le départ sans carte de conducteur ou conduire sans entrer sa carte, les données du dernier calibrage, le numéro d’immatriculation du véhicule et la vitesse enregistrée par le tachygraphe. « Que des données qui ne portent pas atteinte à la vie privée du chauffeur », précise Dejaegere.

Les nouveaux appareils enregistreront la position au début et à la fin de la journée de travail, et toutes les trois heures de conduite via le module GNSS. Cela permet à la police, lors d’un contrôle, de reconstituer le trajet effectué par le chauffeur. « Le positionnement est enregistré à la fois sur les cartes de conducteur nouvelle génération et dans la mémoire de masse de l’appareil. »

Les nouveaux tachygraphes enregistreront la position du véhicule au début et à la fin de la journée de travail, et toutes les trois heures de conduite.

Nouvelles cartes d’atelier

Les entreprises de transport et les chauffeurs n’ont rien à faire pour le moment : les cartes de conducteur actuelles continueront à fonctionner dans le nouveau tachygraphe. Les cartes d’atelier nécessaires au calibrage du nouveau tachygraphe devront être renouvelées. « En principe, elles seront disponibles à partir du 15 mars », selon Greet Dejaegere.

Le nouveau tachygraphe sera obligatoire uniquement pour les véhicules nouvellement immatriculés. Il faudra donc attendre encore longtemps avant de le retrouver dans tous les camions en circulation.

« Les contrôles sont toutefois déjà ciblés à l’heure actuelle », signale Frédéric Martin, coordinateur chargé des tachygraphes à la Police fédérale de la route. « Un véhicule contrôlé sur quatre n’est pas en ordre. Si nos contrôles étaient aléatoires et non ciblés, ce taux serait bien plus faible, probablement un véhicule sur quarante. »

Marché noir

Dès 2006, on a vu que les fraudeurs pouvaient désactiver les tachygraphes numériques de première génération à l’aide d’un aimant. Le tachygraphe mis sur le marché en 2012 était armé contre ce type de fraude, mais des appareils capables de manipuler les tachygraphes sont malgré tout rapidement apparus sur le marché noir.

Parce que les fraudeurs sont de plus en plus ingénieux, l’inspecteur de police craint le pire concernant ce tachygraphe intelligent. «  Nous sommes sceptiques  », concède Frédéric Martin. « Nous craignons que les fraudeurs ne tentent également de trafiquer ces nouveaux appareils. Dans un premier temps, seuls quelques véhicules seront équipés de ce tachygraphe dernier cri. Le phénomène ne sera visible pour nous que d’ici deux ou trois ans, lorsque ces véhicules seront plus nombreux sur la route. De nouveaux logiciels nous sont nécessaires pour pouvoir inspecter ces tachygraphes. »

Frédéric Martin s’attend à ce que l’enregistrement automatique des coordonnées GPS soit un atout considérable du tachygraphe intelligent. Lors d’un contrôle, on pourra observer la position du véhicule quand il démarre, après chaque tranche de trois heures de conduite et quand il s’arrête en fin de journée. Le nouveau générateur à impulsions, doté d’un boîtier spécial en aluminium — serait également mieux protégé contre la fraude grâce à un traçage effectué depuis la boîte de vitesses.

Un contrôle supplémentaire est cependant déjà mené sur les tachygraphes actuels. En effet, en plus du capteur de mouvement sur la boîte de vitesses, les données de l’ABS/EBS sont également analysées. « Mais ici aussi, les fraudeurs trouvent leur bonheur en manipulant les deux signaux simultanément », déplore Frédéric Martin. « Le tachygraphe intelligent permet de remplacer le deuxième signal de contrôle provenant de l’ABS/EBS par le signal GPS. Le tachygraphe devient ainsi plus difficile à trafiquer. »

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !