T-Mining et la société portuaire d’Anvers testent la technologie blockchain pour les certificats phytosanitaires

 20/06/2018  Philippe Van Dooren  News Logistics, ICT & Aménagement de magasins
T-Mining et la société portuaire d’Anvers testent la technologie blockchain pour les certificats phytosanitaires

La start-up T-Mining et la société portuaire d’Anvers lancent un projet-pilote visant à rendre le transfert de documents plus sûr et plus efficace grâce à la technologie blockchain. Le test est effectué avec des certificats phytosanitaires en collaboration avec Belfruco, Enzafruit et PortApps.

En cas d’importation de fruits et légumes, il faut pouvoir prouver à l’aide des certificats phytosanitaires qu’ils ont été contrôlés dans le pays d’origine. Ces certificats sont aujourd’hui transmis le plus souvent par poste. Le but est de remplacer ces documents papier par des certificats numériques. « Leur légitimité et authenticité sont garanties étant donné qu’avec la blockchain personne ne peut modifier ou supprimer quoi que ce soit sans que cela se voit », déclare Filip Heremans, chief product officer de T-Mining.

Pour le projet-pilote, des pommes en provenance de Nouvelle-Zélande et destinées au marché européen sont accompagnées d’un certificat phytosanitaire numérique. C’est un cas intéressant, car la chaîne englobe plusieurs intervenants. L’autorité de contrôle compétente en Nouvelle-Zélande est responsable de sa remise. Ensuite, l’exportateur néo-zélandais transfère ce certificat – en même temps que le chargement – à l’importateur belge Enzafruit. Ce dernier le transmet alors à la société d’expédition Belfruco qui le donne, à son tour, aux autorités belges. Il est alors soumis à une inspection qui homologue le certificat (ou pas). Ce n’est qu’ensuite que le chargement de pommes pourra être importé en Belgique.

Aujourd’hui, ces certificats papier sont envoyés par courrier à partir de la Nouvelle-Zélande, ce qui prend du temps et coûte cher. Avec le projet-pilote, ces certificats pourront être transmis beaucoup plus rapidement aux autorités compétentes à Anvers.