Ssangyong Actyon Sports : le come back coréen

 25/05/2012  Yannick Haesevoets  Trucks, Van
Ssangyong Actyon Sports : le come back coréen

C’est un retour aux sources pour Ssangyong. La marque coréenne, qui avait disparu du marché belge durant quelques années, met les bouchées doubles pour pourvoir se positionner à nouveau comme un acteur à part entière. Après le Korando, qui a eu entre-temps son petit succès au niveau des voitures personnelles, Ssangyong veut désormais également forcer le respect via le tout nouveau Actyon Sports.

Ssangyong n’est jamais vraiment parvenue, avec l’ancien Actyon Sports, à donner le ton dans le marché des pick-up. Trop exotique pour pouvoir affronter les valeurs sûres, trop banal, trop vieux intrinsèquement : toutes les excuses étaient bonnes pour laisser de côté l’Actyon Sports. Et le fait que l’ancien modèle ressemblait un peu à une navette spatiale sur roues n’aura certainement pas aidé non plus. Mais selon ses propres dires, Ssangyong a totalement renversé la vapeur.

Ce revirement génère aujourd’hui, après une nouvelle et pas désagréable Korando, un nouveau Actyon Sports. Et celui-ci aussi a bien été rafraîchi : non pas que nous osions qualifier la ligne de séduisante ou voluptueuse, mais pour un pick-up, l’Actyon Sports dégage néanmoins quelque chose. Les phares sertis d’une petite couche de mascara et la ligne de ceinture de caisse qui se prolonge lui confèrent une touche sportive et dynamique, une description que l’on n’aurait jamais évoquée en parlant de Ssangyong.
Sous le capot aussi les Coréens ont emprunté une autre voie. Fini les moteurs réformés de chez Mercedes, Ssangyong fait désormais appel à un moteur 2 litres diesel moderne signé AVL, un fabricant de moteurs autrichien réputé. Le moteur diesel, dérivé du moteur de la Korando, développe 155 ch et un couple maximal de 360 Nm. Ce qui est suffisant pour mouvoir aisément l’Actyon Sports, tandis que sa soif reste limitée à 7,4 litres aux 100 kilomètres. Du moins selon les chiffres officiels, car lors de notre essai dans la région vallonnée de Seneffe, nous avions du mal à rester sous la barre des 10 litres. En adoptant un style de conduite un peu plus écologique, on pourrait atteindre une consommation d’environ 8,5 litres.

Un pick-up de circonstance ?

Reste à savoir si l’Actyon Sports a plus d’un véritable pick-up que d’un véhicule de loisir  amélioré. La version à benne ouverte offre suffisamment d’espace pour contenir une europalette. SsangYong propose en outre différentes options de transformation : la benne peut ainsi être équipée d’un plancher roulant pour charger et décharger plus facilement. Le seuil d’accès reste néanmoins relativement haut, un défaut propre à la plupart des pick-up d’ailleurs.

Ce qui distingue cependant bel et bien l’Actyon Sports de ses concurrents directs, c’est la structure de la suspension à l’arrière. Ssangyong n’a pas opté pour les amortisseurs à lames classiques, mais pour une architecture de suspension à cinq points. Ce qui profite remarquablement au confort de conduite, à vide. Au niveau de la voiture personnelle proprement dite, bien que la direction de l’Actyon Sports soit beaucoup moins directe que celle d’un Ford Ranger ou d’un Volkswagen Amarok, qui s’affichent dans un tout autre ordre de prix.

L’Actyon Sports n’est peut-être pas le plus raffiné des pick-up, mais son prix le compense largement– comme souvent chez les Coréens. Un Actyon Sports standard, disposant de tous les accessoires de confort traditionnels, quittera le garage pour à peine 16.520 euros, hors TVA. La possibilité de faire appel aux quatre roues motrices n’est disponible de série qu’à partir du deuxième niveau d’équipement, ce qui fait grimper le prix à 21.066 euros. Vous bénéficiez alors aussi de jantes en aluminium et d’une radio/lecteur cd/mp3 avec commande au volant. La version Sapphire la plus exclusive, comprenant également les sièges chauffants en cuir, un airco automatique et des capteurs de parking à l’arrière, trouvera propriétaire pour 23.545 euros. Beaucoup de choses donc pour un prix réduit, précisément ce qui a fait la grandeur des Coréens dans le monde automobile. Reste à voir si le come back coréen de Ssangyong aura autant de succès.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !