Sondage Truck & Business : la confiance reste modérée chez les concessionnaires

 23/04/2010  Claude Yvens  Service
Sondage Truck & Business : la confiance reste modérée chez les concessionnaires

Après plus d’un an de crise profonde, les distributeurs de poids lourds attendent toujours la reprise des ventes. Heureusement, le niveau d’après-vente est redevenu correct, ce qui contribue à maintenir les réseaux à flot.

L´an dernier à pareille époque, les carnets de commande étaient déjà vides, mais on continuait de livrer un nombre appréciable de véhicules. S´agissant surtout de porteurs lourds multi-essieux, où le prix de la superstructure dépasse parfois celui du châssis, le niveau de facturation restait plus ou moins correct chez les concessionnaires. Depuis la fin des vacances d´été 2009, la courbe des livraisons est plate dans tous les segments de marché, et l´éclaircie n´est pas en vue.

L´après-vente à un bon niveau

Nous avons sondé les concessionnaires belges à la mi-avril sur le niveau d´activité dans les quatre domaines suivants : vente de véhicules neufs, entretien, vente de pièces et location. L´échelle de réponses variait de 1 (`très mauvais´) à 5 (`excellent´).
Sans surprise, c´est la vente de véhicules neufs qui ferme la marche avec un score moyen de 2,43. La plupart des commentaires pointent le bon niveau des demandes de renseignements, mais le faible niveau de commandes effectives. Le printemps et l´été 2010 s´annoncent encore comme deux saisons où il faudra beaucoup semer pour récolter peu. Les premiers signes structurels d´une embellie du marché du transport routier sont pourtant là, mais il faudra encore six mois au minimum pour que cette reprise se traduise par une hausse réelle des ventes.
Par contre, les activités d´entretien et de vente de pièces réalisent des scores respectifs de 3,87 et 3,70 (un score de 4 est `bon´). A l´évidence, la hausse progressive du marché du transport a remis sur les routes davantage de véhicules, qui reviennent aujourd´hui dans les ateliers qu´ils avaient désertés depuis le premier trimestre 2009. Ces bons résultats semblent aussi indiquer que la tentation de rogner sur les frais d´entretien et le renouvellement des pièces d´usure est passée au second plan. 

La location stagne

Les signes avant-coureurs d´une véritable reprise sont toutefois fragiles. Le niveau d´activité dans les parcs de location, notamment, reçoit un score faible de 2,65, soit bien loin d´un score de 3 équivalant à `neutre´. Or, il semblerait logique que la location, plus flexible que l´achat, soit la première à profiter d´une embellie du marché. Notons simplement que l´opinion des concessionnaires s´éloigne des impressions laissées par d´autres contacts récents avec des loueurs `pur jus´, où les taux d´occupation sont redevenus bons.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !