Réalité virtuelle et poids lourds : des débuts timides

 02/02/2018  Claude Yvens  Trucks & Trailers
Réalité virtuelle et poids lourds : des débuts timides

Alors que l’on ne parle que de digitalisation, la réalité virtuelle tarde à faire son entrée dans le monde du transport. Pourtant, les lunettes de réalité virtuelle sont bien au point, comme le prouve le groupe Cargotec, fabricant notamment des grues Hiab.

Jusqu’à présent, pour piloter une grue de chargement à distance, il fallait sortir de sa cabine. C’est d’une part inconfortable quand il pleut, et cela expose le chauffeur-opérateur au risque d’un accident. Cargotec a donc développé le système HiVision, qui lui permet de piloter sa grue dans sa cabine, en toute sécurité. Et ça marche…

Sécurité et productivité

Le système HiVision (présenté en première mondiale au salon Bauma 2016 à Munich) est pour l’instant réservé aux grues forestières de la gamme Hiab. Il se compose des éléments suivants :

  • Quatre caméras, placées au sommet de la grue, surveillent l’environnement en couvrant un angle de 240 degrés.
  • Un système de contrôle breveté en trois dimensions
  • Des lunettes de réalité virtuelle
  • Les mêmes joysticks de contrôle que dans une configuration traditionnelle.

Lorsque l’opérateur de la grue tourne la tête, les lunettes de réalité virtuelle lui renvoient exactement le même champ de vision que celui qu’il aurait s’il était installé à son poste de commande à l’extérieur. Et la précision des joysticks de commande est aussi grande s’il est confortablement assis dans sa cabine ou à l’extérieur.

Le Suédois Henrik Strömbäck travaille depuis plus de vingt ans dans le transport de grumes. Il exerce aujourd’hui ses talents dans la société JS Frakt AB. Pour lui, après une période d’acclimatation, le système HiVision est aussi précis qu’un mode de commande traditionnel. Et il fonctionne aussi bien de nuit que de jour. Avec un peu d’entraînement, Henrik estime même que le système pourrait augmenter sa productivité.

Du côté de Hiab, on pointe également le gain de poids (puisqu’on peut se passer d’une cabine spécifique pour l’opérateur), ce qui bénéficie à la charge utile. Le groupe Cargotec est même tellement convaincu des possibilités de HiVision que le système va progressivement être étendu à d’autres gammes de grues Hiab. On peut tout aussi bien l’imaginer utilisé avec un chariot élévateur embarqué Moffett (autre produit-phare de Cargotec).

« A l’avenir, avec l’arrivée des camions autonomes, on peut même imaginer qu’un seul opérateur pourra gérer les opérations de plusieurs camions qui se seront rendus par leurs propres moyens sur le site de chargement », estime Rafal Sornek, Vice President, Technology & Quality Development chez Hiab.

Les grands constructeurs aux abonnés absents

On pourrait penser que les lunettes de réalité virtuelle (VR) ont déjà trouvé d’autres utilisations dans le transport, mais il n’en est rien. Du côté des constructeurs de poids lourds, on en est encore au stade des prototypes ou des gadgets de démonstration (MAN a notamment développé une application pour découvrir et configurer le nouveau TGE, et Volvo Trucks avait fait de même au salon Truck & Transport 2017 avec un FH) :

  • DAF utilise les lunettes VR dans son DAF Experience Center à Eindhoven pour faire découvrir ses produits et services de manière originale. DAF collabore également avec l’université de Tilburg au sein du DAF Technology Lab qui permet de simuler des environnements au moyen de lunettes VR. Un des domaines d’application envisagés est celui de la formation. A quand des modules de formation Code 95 soutenus par la réalité virtuelle ?
  • Chez Iveco, il existe un projet d’assistance aux techniciens utilisant des lunettes VR Microsoft Hololens que porte le technicien durant son intervention. En fonction de ce qu’il voit et grâce à une connexion par Skype, il est possible de lui faire consulter un mode d’emploi, un catalogue de pièces ou un tutoriel en vidéo. Ce projet est pour l’instant développé pour l’entretien des bus, mais il pourrait très bien s’appliquer aux poids lourds.
  • Chez Mercedes-Benz, les lunettes VR sont utilisées pour simuler la compatibilité de certaines pièces avec un châssis donné : y a-t-il assez de place pour installer tel type de compresseur, p.ex ? Elles servent aussi à simuler des opérations d’entretien. Fleetboard utilise également des lunettes Microsoft Hololens pour faire la démonstration de ses futurs services d’aide à la gestion de flotte, et dessine peut-être un avenir où le gestionnaire de flotte pourra suivre ses véhicules par lunettes VR en temps réel. La réelle pertinence de cette vision virtuelle reste cependant encore floue.
  • Renault Trucks va utiliser en janvier 2018 des lunettes Hololens dans son usine de moteurs pour contrôler la qualité des moteurs. L’opérateur recevra dans son champ de vision des instructions d’aide à la décision, qui le guideront dans les opérations de contrôle les plus complexes.
  • Volvo Trucks veut faire aider ses techniciens par des collègues au moyen du concept de Réalité Augmentée, qui fait appel à des lunettes Microsoft Hololens. Un test en ce sens est actuellement en cours à l’Uptime Center de Volvo Trucks à Gand.

 

Comme on le voit, à part Cargotec, personne n’a encore mis sur le marché une application VR directement utilisable par les clients. Pourtant, les possibilités semblent immenses : formation (on peut ‘rejouer’ une scène autant de fois qu’il est nécessaire p.ex.), aide à la réparation, et même valorisation du temps de travail du chauffeur pendant les périodes où il ne conduit pas son véhicule (temps d’attente aujourd’hui, périodes de platooning demain). On peut aussi imaginer présenter au chauffeur qui découvre un nouveau site de chargement (une usine chimique, par exemple) les différentes règles sécuritaires en vigueur, voire le chemin qu’il doit suivre pour parvenir au bon quai de chargement, le tout dans autant de langues qu’il est nécessaire.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !