Procédure spéciale pour le canal Bossuit – Courtrai

 14/09/2017  Philippe Van Dooren  News Logistics, Multimodal
Procédure spéciale pour le canal Bossuit – Courtrai

Le gouvernement flamand a lancé une procédure spéciale visant à élargir ou détourner le canal Bossuit – Courtrai, de manière à ce qu’il puisse accepter de grandes péniches. Le canal est un maillon crucial dans la liaison Seine – Escaut.

Le canal Bossuit – Coutrai relie l’Escaut et la Lys. Il a déjà été en grande partie modernisé. La première partie du canal, entre Bossuit et la zone industrielle Courtrai – Harelbeke, s’étend sur 15 km. Cette partie a été adaptée dans les années ’70 pour permettre l’accès de bateaux jusqu’à 1.350 tonnes. La dernière partie, entre la zone industrielle Courtrai – Harelbeke et la Lys à Courtrai, n’avait pas été adaptée à l’époque. Du coup, le canal présente un rétrécissement à ce niveau. Le canal n’est accessible, sur un demi kilomètre, que pour la navigation de plaisance et de petits bateaux jusqu’à 300 tonnes.

Les bateliers naviguant avec des bateaux plus imposants sont contraints de passer par Gand et le Haut-Escaut : un détour qui peut atteindre 138 kilomètres. Lorsque le canal Bossuit – Courtrai sera adapté, il pourra devenir un maillon crucial dans la future liaison Seine – Escaut.

Le dossier est dans une impasse depuis des années. Le Gouvernement flamand a aujourd’hui donné le feu vert pour le lancement d’un ‘projet complexe’ : une procédure facilitée, dans laquelle toutes les autorités concernées étudient ensemble toutes les alternatives possibles. On examinera si le tracé actuel peut être développé ou s’il faut envisager une liaison alternative, ailleurs sur le territoire de Courtrai.

La phase d’étude doit être achevée fin 2018. Un concept final sera alors réalisé. Qui fonctionnera à son tour comme guide pour la phase de réalisation suivante.

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !