Première monte : ne laissez pas (toujours) faire le constructeur !

 31/03/2018  Claude Yvens  Fleet Management
Première monte : ne laissez pas (toujours) faire le constructeur !

Tous les constructeurs de poids lourds travaillent en première monte avec un certain nombre de manufacturiers. Ils ont aussi parfois tendance à mettre en avant les bons chiffres de consommation qu’ils obtiennent avec des pneus à basse résistance au roulement, mais ce type de pneus n’est pas toujours le meilleur choix.

Les pneus à basse résistance (grosso modo, ceux qui obtiennent une note ‘A’ dans le cadre du label pneus européen) sont particulièrement efficaces sur longs trajets. Mais parce qu’un pneumatique résulte toujours d’un compromis entre plusieurs exigences, ils ne sont pas nécessairement les plus indiqués en transport régional et encore moins dans un environnement urbain.

Consommation ou durée de vie ?

Ce n’est pas tellement une question de sécurité, mais davantage de kilométrage maximum. Plus l’environnement est agressif (type de routes, présence de bordures, risque de déchirement des flancs), moins ces pneumatiques à basse résistance au roulement offriront une durée de vie optimale.

Lors de la commande d’un nouveau camion, il vaut donc mieux spécifier quel type de pneumatiques on souhaite, éventuellement en faisant travailler ensemble sn concessionnaire poids lourds et son détaillant en pneumatiques. A défaut, c‘est le concessionnaire qui choisira les meilleurs pneus (ou pas…) en remplissant son bon de commande. Dans la plupart des cas (et pour les flottes en tout cas), le choix d’un type de pneus particulier n’engendre pas de surcoût, dans la mesure où les pneus à basse résistance coûtent généralement un peu plus cher que les autres. Si surcoût il y a, il peut de toutes façons être négocié et sera quoi qu’il en soit neutralisé par la durée de vie supérieure des pneus choisis.

Le choix de la marque est légèrement plus compliqué : chaque constructeur a des accords de collaboration industrielle avec un certain nombre de manufacturiers. La marque X s’engage à acheter un certain nombre de (milliers de) pneus au manufacturier Y et bénéficie ainsi de meilleurs prix. Ces accords peuvent changer d’une année à l’autre.

En ce qui concerne les marques ‘A’ connues, il faut simplement passer par une procédure de validation à chaque commande. Une procédure qui peut s’accompagner, selon le cas, d’un supplément de prix. Mais plus la marque de pneus choisie est ‘exotique’, plus le coût de la procédure sera élevé. Remarquons à cet égard qu’une marque comme Hankook est de plus en plus reconnue par les constructeurs.

 

Soyez (encore plus) attentifs en 2019

La tendance à installer des pneus à basse résistance risque de s’accentuer à partir de 2019. C’est à cette date que les constructeurs seront en effet obligés de déclarer la consommation officielle de leurs camions après les avoir mesurées selon une méthodologie commune appelée VECTO. L’objectif de cette nouvelle législation européenne est de créer la clarté sur les émissions de CO2, puis de forcer les constructeurs à réduire ces émissions.

Qui dit réduction de la consommation, dit pneus à basse résistance ? Il est probable que les tests seront réalisés avec ce type de pneus… et que la pression des constructeurs pour les imposer en première monte sera plus importante. Autant savoir…

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !