Premier essai du Scania XT en Suède

 14/09/2017  Erik Roosens  We are Transport 2018, Trucks, enews
Premier essai du Scania XT en Suède

Le Scania XT était déjà exposé à Matexpo. Transportmedia a pu prendre le volant du nouveau camion de chantier de Scania à Södertalje, en Suède, sur la route et en offroad.

Le Scania XT – Extra Tough – est destiné aux clients qui ont besoin d’un véhicule solide. Il ne s’agit pas d’un modèle séparé : la finition construction XT peut être combinée avec toutes les cabines (19) et motorisations. Cela est possible grâce à l’approche modulaire qui permet de rendre l’extérieur cabines complètement différent en combinant un nombre limité de composants, alors qu’elles sont en grande partie constituée des mêmes éléments. La finition XT est ainsi disponible sur les cabines P, G, R et S.

Pour remplir son rôle sur les chantiers, le XT est équipé d’une entrée d’air haute, d’un échappement vertical, des grilles de protection pour les phares, des boîtiers renforcés pour les rétroviseurs et d’un robuste pare-chocs avant avec un crochet permettant une traction de 40 tonnes, le crochet le plus costaud du marché.

Mais qu’en est-il une fois installé au volant ? Nous avons pu tester 6 modèles sur le parcours offroad, quatre avec le moteur six cylindres en ligne de 13 litres et et deux avec le nouveau 16 litres V8. Pour les missions les plus lourdes, ce nouveau bloc est, d’après Scania, moins gourmand que son petit frère. Le G 410 8×4 (mixer à béton – 32 tonnes – 9 mètres) était équipé avec une boîte de vitesses manuelle. Les G 500 8 x4 (benne – 32 tonnes – 8 mètres), R 500 6×4 (remorque benne – 32 tonnes – 15 mètres), R 580 6×4 (benne – 24 tonnes – 7 mètres) et R 580 6×4 (transport de bois – 45 tonnes – 18 mètres) avec la boîte Scania Opticruise, parfois avec la pédale d’embrayage optionnelle.

Pédale d’embrayage

Cette pédale d’embrayage peut être utilisée exclusivement pour manoeuvrer, pas pour changer de vitesse. Pour la plupart des applications, cette pédale n’est pas nécessaire, car le mode manoeuvre de l’Opticruise propose suffisamment de finesse pour manoeuvrer en douceur avec l’accélérateur. C’est par contre pratique pour l’enlèvement de conteneurs, explique le constructeur suédois. Il est alors possible d’augmenter le régime moteur avec l’accélérateur tout en contrôlant le véhicule avec la pédale d’embrayage. Une option pratique pour celui qui préfère ne pas manoeuvrer avec le pied gauche.

Et nos impressions ? L’Opticruise change de rapport rapidement et en douceur grâce au Lay Shaft Brake, un mécanisme de freinage sur l’arbre intermédiaire de la boîte de vitesses pour un passage de rapport plus rapide. Le nouveau Scania se conduit en douceur, avec précision et souplesse. Le système hill-hold amélioré fonctionne de manière rassurante en cas de démarrage en côte avec un 45 tonnes. Les commandes pendant la conduite sont aisées, comme le passage du mode standard au mode offroad ou la mise en marche ou l’arrêt du différentiel. Il suffit de tourner le bouton pendant la conduite et le véhicule enclenche lui-même le blocage du différentiel quand cela est possible.

La position avancée du chauffeur – introduite l’année dernière sur les séries R et S – est désormais étendue aux séries G et P. Combinée au tableau de bord plus bas, elle améliore considérablement la visibilité du chauffeur, comme nous avons pu le remarquer sur le terrain, mais aussi durant les essais routiers au volant du G 500 6×4 (benne – 50 tonnes – 14 mètres) et le R 520 6×4 (remorque benne – 40 tonnes – 13 mètres).

Pour tout savoir sur Scania, rendez-vous sur notre Transport & Van In Belgium Directory !

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !