PostNl veut grandir deux fois plus vite que le marché

 17/06/2016  Claude Yvens  Expertise Center
PostNl veut grandir deux fois plus vite que le marché

Avec un nouveau patron belge et ambitieux, PostNL entend bien grandir plus vite que le marché dans les cinq ans à venir. Rudy van Rillaer lève un coin du voile sur sa stratégie de croissance…

Les racines de PostNL remontent à l’époque où le service postal néerlandais a été nationalisé. La marque PostNL est née en 2011, lorsque ses activités ont été séparées de TNT Express. Depuis lors, PostNL a grandi par reprises : Trans-o-Flex (ex-Van Osselaer Pieters et ex-filiale des postes autrichiennes) en 2012, une division de Fiege en 2013, tout comme Spring Global Mail. Depuis le 1er janvier 2016, PostNL Belgium est dirigée par Rudy Van Rillaer.

110_TB257_02Cinq divisions, cinq réseaux

T&B : Quel parcours avez-vous suivi avant de prendre la tête de PostNL Belgium ?
RvR : Avant de revenir en Belgique, j’étais responsable des opérations globales au siège du groupe. Mais j’ai passé la plus grande partie de ma carrière dans des entreprises en phase de lancement et de croissance! Cela a commencé avec TNT Skypak en 1982, TNT Mailfast en 1986 et Spring en 2001.

T&B : Vous grandissez rapidement dans un contexte favorable, puisque vous profitez de la croissance du commerce électronique. Est-ce la seule raison ?
RvR : Non. Nous bénéficions bien entendu de la popularité du commerce électronique et des livraisons à domicile, mais nous nous sommes aussi développés dans des niches particulières. Par exemple, la division Mikropakket est un service spécifique pour les colis à forte valeur, qui nécessitent un transport plus sécurisé et contrôlé. C’est davantage un service B2B qui vise les grandes artères commerçantes, alors que la division Colis est davantage orientée B2C.
La division Extra@Home est une autre de ces niches. Nous l’avons rachetée à Fiege en 2013 pour en faire un leader dans les livraisons qui nécessitent deux personnes. Typiquement, il s’agit de meubles ou d’électroménager blanc pour lesquels nous pouvons faire une simple livraison ou un service de placement complet.

T&B : Comment s’organisent ces divisions entre elles ?
RvR : Ce sont des services séparés, qui fonctionnent avec des réseaux séparés et des hubs différents. Chaque division a aussi sa propre organisation : par exemple, la division Pharma & Care est la seule à disposer de son propre parc de véhicules, parce que pour effectuer de la distribution fine de produits pharmaceutiques sous températures contrôlées et selon les normes GDP, il faut maîtriser tous les aspects de la prestation. Pour nos autres divisions, nous faisons appel à des sous-traitants dédiés. Tous les centres logistiques sont par contre sous notre contrôle.

Rattrapage en e-commerce

T&B : Une partie de votre croissance provient du commerce électronique, un domaine où la Belgique accuse un retard certain. Est-ce en train de changer ?
RvR : Oui, et ce changement commence par le comportement de l’acheteur, de celui qui reçoit le colis. Ensuite, le gouvernement se rend compte que tous ces produits proviennent de l’extérieur. S’il prend les bonnes mesures, et nous nous trouvons exactement dans cette phase, il y aura davantage d’expéditeurs belges actifs en e-commerce, et l’activité logistique progressera dans le pays. Je suis même étonné que ce ne soit pas encore le cas, mais ce n’est probablement qu’une question de temps.

T&B : Il y a quand même un retard dans le domaine de l’innovation logistique en Belgique, non ?
RvR : Je ne dirais pas cela. C’est une question de focus. Pourquoi la recherche pharmaceutique est-elle au top en Belgique et nulle part aux Pays-Bas ? C’est une question de focus.

T&B : Aux Pays-Bas, justement, PostNL est très actifs avec des concepts de centres de distribution urbains et des livraisons électriques, comme à Delft. Pourriez-vous en implanter en Belgique ?
RvR : Certainement, mais pas en copiant simplement ce qui se fait aux Pays-Bas. La Belgique a d’autres besoins et une autre mentalité. Mais il est clair que chercher de nouvelles solutions logistiques, c’est dans nos gènes.

T&B : Quel sera l’impact de la taxe kilométrique sur vos opérations ?
RvR : Assez limité. Ce que la taxe kilométrique rend nécessaire, nous le faisons depuis longtemps. Nous sommes bien préparés à cela. En dehors de notre propre flotte Pharma & Care, les seuls poids lourds que nous faisons rouler sont ceux qui assurent les services de ligne entre les hubs.

Doubler de taille

T&B : Jusqu’en 2014, certaines divisions belges de PostNL ont été largement déficitaires. La situation a-t-elle changé en 2015 ?
RvR : Oui, mais il faut analyser les chiffres de 2013 et de 2014 en regard des gros investissements que PostNL a réalisés jusque là. Depuis l’an dernier, nous sommes rentables.

T&B : Une fois cette rentabilité obtenue, une nouvelle phase de croissance est-elle annoncée ?
RvR : Absolument. Nous n’avons aucune obligation de grandir, mais bien le souhait et les moyens de le faire. D’ici 2020, nous allons grandir plus vite et plus fort que le marché, ce qui peut se réaliser en croissance organique ou par des reprises. Tout dépendra des besoins de la société en général. Nous sommes des spécialistes de la distribution, et nous évoluons en fonction de ce que la société veut. S’il une demande naît pour faire livrer du lait frais tous les dimanches soir, nous le ferons !

T&B : Vous couvrez toute la Belgique, mais aucun de vos hubs ou dépôts n’est basé au sud du pays…
RvR : Je ne peux rien vous dire de plus pour l’instant, mais avec la nouvelle structure, nous allons envisager les choses sous un angle belge. Et la Wallonie fait partie de la Belgique… Je peux aussi vous dire que nous envisageons aussi, dans le futur, de nous développer au Grand-Duché de Luxembourg. Vous verrez : nos innovations vont vous surprendre tous les trimestres dans les deux années à venir !

PostNL Belgium en bref

Chiffre d’affaires : +/- 100 millions EUR (2015)
Personnel : 650 personnes

Hubs

Division Colis : hub central à Wilrijk et dépôts à Roeselare, Vilvorde et St Trond, entre 270 et 350 utilitaires légers
Division Mikropakket : hub à Vilvorde
Division Pharma & Care : hub à Turnhout (50 camions, 40 utilitaires légers)
Division Extra@Home : hub à St Niklaas (10 camions)
Division International Solutions : hub à Malines

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !