Paquet Mobilité : les syndicats en appellent au front commun avec les organisations patronales

 27/06/2018  Claude Yvens  Réglementation
Paquet Mobilité : les syndicats en appellent au front commun avec les organisations patronales

En prélude au vote important qui doit avoir lieu le 4 juillet prochain au Parlement européen sur le Paquet Mobilité, les deux principaux syndicats du transport routier en appellent à la ‘sagesse’ des organisations patronales pour faire pression sur les parlementaires et empêcher le vote de mesures qu’ils estiment préjudiciables à l’ensemble du secteur.

En première ligne, les syndicats visent les modifications possibles des temps de conduite et de repos. Selon Frank Moreels (UBT) et Roberto Parrillo (AVC-Transcom), l’idée même que les chauffeurs ne puissent plus prendre que deux jours de repos après trois semaines de travail est insupportable. Elle va à l’encontre de l’arrêt rendu fin 2017 par la Cour de justice de l’Union européenne qui rendait illégal le repos hebdomadaire long en cabine. “La raison de ce lobbying est claire : on veut restaurer le modèle économique du dumping social”, expliquent les deux syndicats.
Moreels et Parrillo regrettent également que les mesures qui seraient prises pour lutter contre les sociétés ‘boîte aux lettres’ n’aillent pas beaucoup plus loin que ce qui est actuellement prévu, notamment parce qu’il n’y aura pas de contrôles transnationaux. “Globalement parlant, le Paquet Mobilité est une goutte d’eau dans la mer. Les propositions actuelles ne sont pas bonnes pour le secteur ni pour les transporteurs belges et les entreprises d’autocar/autobus qui travaillent correctement, ni pour leurs chauffeurs”, concluent-ils.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !