[OPINION] Refédéralisons le Code 95 !

 14/01/2017  TM Extern  Opinion
[OPINION] Refédéralisons le Code 95 !

Le 09/09/2016 est aujourd’hui passé et chaque chauffeur de poids lourd est censé être correctement formé en Europe. Hélas, force est de constater que rien n’est moins vrai. Pour notre pays, les chiffres sont particulièrement attristants. Des chiffres bruts (les chiffres nets ne sont pas disponibles) montrent qu’environ 75.000 chauffeurs disposeraient du code 95 alors que l’on en dénombre 150.000. La conclusion est donc que 50 % des chauffeurs poids lourds circulent sur nos routes SANS code 95.

A quoi faut-il attribuer cette situation ? A l’origine, le code 95 était une compétence du SPF Mobilité. Ce SPF a tenu d’une main ferme les rênes des institutions de formation. Rien n’échappait à son contrôle strict mais justifié. Jusqu’au jour de la mise en œuvre de la 6e réforme de l’Etat. Ce jour-là, la question s’est subitement posée de savoir qui allait exercer cette compétence. « Moi », a dit le SPF Mobilité par la voix de sa DG Mme Indot Martine. « Moi ! », a répliqué le département MOW (Mobilité et Travaux Publics) Vlaanderen par la voix de son secrétaire général Filip Boelaert. Forcément, c’est un peu déroutant… Et on a assisté à un tir à la corde entre les deux autorités. Le  premier ministre Michel a alors décidé de remettre de l’ordre dans tout ça. Lors du Comité de Concertation de fin octobre 2015, il a été décidé que le SPF Mobilité et Transports allait transférer aux régions ses compétences en matière d’aptitude professionnelle des chauffeurs dès le lundi 23 novembre 2015. Ouf, un problème réglé pensait-on. Pas vraiment ! Car où en est-on : le Conseil d’Etat doit encore se prononcer et pourrait avoir un autre point de vue. Aujourd’hui, nous sommes toujours en train d’attendre, attendre, attendre, attendre…

Les dossiers sont transférés. Mais pas le personnel ni les moyens (l’argent). Sans personnel ni argent, pas de connaissance de ce dossier technique et sans connaissance, pas de surveillance, contrôle ou autre. Et c’est particulièrement regrettable.

On entend aussi qu’il y aurait des « petits malins » sur le marché. Vous voulez satisfaire à l’obligation pour chaque chauffeur de suivre 3 h de formation sur route ? Pas de problème : vous suivez une formation « roulez en toute sécurité » où un seul instructeur (vous lisez bien) prend la route avec 10 poids lourds simultanément et répond ainsi à l’obligation légale de suivre 3 h de formation sur la route pour chaque chauffeur. Cocasse !

L’introduction de la directive concernant la formation à l’aptitude professionnelle n’a eu lieu que pour le seul motif de la sécurité routière. Tout le monde en parle, et à juste titre. Envoyer des chauffeurs poids lourds sur la route – y compris ceux qui ne roulent pas beaucoup -, dans le trafic actuel, sans une solide formation, est totalement irresponsable. S’il existe encore aujourd’hui des gens aussi mal formés, c’est de la seule et unique responsabilité de notre politique et de nos autorités. Refédéralisez-moi ce commerce ! Ceci pourrait constituer une solution. Avec un retour sous l’œil vigilant et sévère du SPF Mobilité et une interprétation stricte des règles d’exemption.

Salutations kafkaïennes,

Geert Frans