ODTH et ShopWeDo vont proposer des services d’e-fulfillment communs

 15/03/2018  Claude Yvens  News Logistics
ODTH et ShopWeDo vont proposer des services d’e-fulfillment communs

A Malines, le groupe logistique ODTH et l’entreprise d’e-fulfilment ShopWeDo collaborent depuis peu dans le domaine des services logistiques pour l’e-commerce. Selon Veroniek De Mulder, fraîchement nommée CEO de ODTH, les deux entreprises sont parfaitement complémentaires, et en unissant leurs forces, elles pourront plus facilement répondre aux appels d’offres. 

ShopWeDo a été créée il y a trois ans à Mechelen Zuid. L’entreprise fournit aux e-commerçants des services logistiques comme le stockage, le  picking, l’emballage et la préparation des colis. Elle est en forte croissance, notamment parce qu’elle accepte les commandes jusqu’à 22.00 pour une livraison le lendemain. L’an dernier, elle a étendu ses installations à 4.000 m², mais cela reste insuffisant. Selon son CEO Kenny Van Paesschen, la croissance de ShopWeDo reste forte : “L’an dernier, notre chiffre d’affaires a progressé de 110% à 2,6 millions d’euros. Cette année, nous atteindrons 4 à 5 millions. Nous manquons de place, surtout parce que de plus gros clients nous manifestent leur intérêt”.

ODTH, actif dans le stockage te la distribution à partir de cinq sites à Rumst, Willebroek et Malines, dispose de l’espace nécessaire. L’entreprise de Jos De Wael était intéressée à travailler avec ShopWeDo parce que de plus en plus de clients – principalement actifs en B2B – lui demandent aussi des services de fulfilment. “Nous n’avons pas cette expertise en interne. ShopWeDo oui, avec son expérience en B2C”, explique Veroniek De Mulder.  Selon elle, les deux entreprises vont pouvoir aborder le marché ensemble.

Les surfaces dont ShopWeDo a besoin se situent dans l’ODTH City Hub à Malines-Sud. Dans un premier temps, on y efrfectuera des activités qui ne nécessitent pas de travail de nuit, ni des délais de livraison trop courts. “Ce sont des types de picking différents, et il ets donc plus efficace de séparer les deux types de flux”, explique Van Paesschen.

Les deux partenaires font appel au projet social Werkans qui permet de former des magasiniers plus éloignés du marché du travail et de les intégrer par la suite dans des environnements de travail classiques.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !