Nouvel Iveco Eurocargo : le best-seller italien poursuit sa maturation

 28/09/2015  Yannick Haesevoets  Economie, Trucks
Nouvel Iveco Eurocargo : le best-seller italien poursuit sa maturation

Lancé en 1991 et remis sur le métier en 2002 et 2008, l’Iveco Eurocargo 4ème du nom vient de subir une nouvelle mue. On ne peut pas à proprement parler d’une nouvelle génération mais plutôt d’un ensemble d’améliorations permettant au best-seller transalpin de peaufiner encore son adéquation avec ses missions de distribution. En plus d’un lifting esthétique inspiré de son petit frère, le Daily.

Extérieurement, c’est la face avant qui matérialise le mieux le passage ce passage à un Eurocargo « new look ». La calandre en V l’inscrit dans les nouveaux codes stylistiques initiés par Iveco avec le Daily, tandis que les feux de jour à LED intégré et les phares au xénon attisent sa modernité. Mais les retouches apportées n’ont pas que de seules vertus esthétiques, les ingénieurs italiens en ayant profité pour améliorer le Cx (coefficient de traînée) de la cabine de 2 %. Une cabine qui, rappelons-le, se décline toujours en versions courte, profonde (toit haut ou toit bas) et double.

A l’intérieur, le familier de l’Eurocargo ne sera pas dépaysé mais appréciera à sa juste valeur les améliorations à son cadre de travail. Le volant bénéficie d’un nouveau design et d’une ergonomie améliorée, tandis que les compartiments de rangement se sont multipliés, avec une mention particulière pour la console centrale pouvant notamment intégrer deux bouteilles d’un litre. Côté confort, soulignons la disponibilité d’un siège conducteur « grand confort » doté d’une suspension pneumatique. La connectivité n’est évidemment pas en reste avec, entre autres, un emplacement spécifique regroupant plusieurs ports USB ou, en option, l’écran amovible de belle taille accueillant le système télématique.

40.000 Iveco Hi-SCR

Sous le capot, Iveco reste évidemment fidèle à sa philosophie du Hi-SCR, comprenez d’une dépollution des moteurs faisant l’impasse sur l’EGR pour se « contenter » du seul SCR. Une exclusivité pour le constructeur transalpin dans ce segment. Avantage de la formule ? En plus d’une réduction de la consommation, le fait que le Hi-SCR ne nécessite pas de filtre à particules (FAP) à régénération active, ce qui diminue les frais de maintenance en garantissant une vie plus longue au FAP. Iveco s’est logiquement plu, lors de la présentation de presse, à rappeler la grande expérience qu’il dispose déjà en la matière avec 40.000 véhicules de la marque badgés Hi-SCR (24.000 Stralis, 14.000 Eurocargo, 2.000 Trakker). Et d’insister sur les gains de consommation engendrés par le système en comparaison avec les moteurs Euro 5 : – 4,5 % en carburant, – 50 % d’huile et – 10 à 15 % au niveau des coûts de maintenance.

Côté moteurs, la principale nouveauté est le moteur 4 cylindres Tector 5 (4 ,5 litres de cylindrée) proposé désormais à 160 ch et à 190 ch (en plus de 210 ch). Nouveaux pistons, nouveaux injecteurs et turbo plus réactif ont permis de diminuer le rapport de compression et d’augmenter le couple de 8 % (à respectivement 680 et 700 Nm). Dans le même temps, la puissance maximale est disponible dès 2.200 t/min, contre 2.500 t/min auparavant et la consommation de carburant est annoncée en baisse de 5,2 %. Le 6 cylindres Tector 7 (6,7 litres) est bien évidemment de la partie avec des puissances de 220, 250, 280 et 320 ch. Sans oublier une offre en gaz naturel comprimé (CNG), l’une des grandes spécialités d’Iveco, avec un Eurocargo Natural Power animé par un moteur Tector de 6 litres développant une puissance de 210 ch pour un couple maxi de 750 Nm.

Airbag au volant

En matière de sécurité, Iveco innove en équipant son best-seller d’un volant intégrant un airbag. Par ailleurs, en prévision d’une législation européenne qui les rendra obligatoires dès le mois de novembre, l’Eurocargo se dote du système d’avertissement de franchissement de ligne ainsi que du freinage d’urgence automatique et en profite pour intégrer l’ACC, un régulateur de vitesse adaptatif qui permet de maintenir automatiquement une distance de sécurité avec le véhicule qui précède. Ainsi armé, l’Eurocargo entend poursuivre sur la voie de résultats qui l’ont amené d’une part de marché de 24 % en 2011 à plus de 30 % aujourd’hui.

Premières impressions de conduite : une qualité perçue en hausse

Nous avons eu l’occasion de prendre le volant du nouvel Eurocargo, malheureusement au cours d’un trop bref galop d’essai. Nous avons toutefois pu nous rendre compte d’une qualité de finition en hausse via le recul des plastiques durs et l’usage de plastiques grainés, mais aussi par l’entremise d’une belle insonorisation. Mention positive pour l’écran GPS amovible de grandes dimensions et idéalement placé sur le dessus du tableau de bord. Le six cylindres de 220 ch de notre véhicule d’essai a fait quant à lui preuve d’une belle souplesse. Mais pour se faire une véritable idée des progrès enregistrés par la 4ème mouture de l’Eurocargo, il faudra attendre un essai détaillé sur notre parcours de test habituel.

Pour tout savoir sur Iveco, rendez-vous sur notre Transport & Van In Belgium Directory !

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !