Maintenance préventive: les constructeurs davantage sollicités

 02/05/2016  Claude Yvens  Expertise Center
Maintenance préventive: les constructeurs davantage sollicités

Les programmes de maintenance préventive sont de plus en plus sollicités par les transporteurs belges. Selon les constructeurs, c’est dû à la complexité des moteurs Euro 6 et à la volonté croissante de réduire le coût total de possession et de limiter au maximum les indisponibilités. Il faut dire aussi que ces programmes de maintenance préventive s’améliorent, renfermant même, chez certains constructeurs, un service de diagnostic à distance.

Mieux vaut prévenir que guérir. Ce proverbe, les transporteurs belges sont de plus en plus nombreux à y adhérer. Ces dernières années, le nombre d’entreprises de transport sollicitant un programme de maintenance préventive auprès d’un constructeur n’a cessé de croître. Les constructeurs font tous le même constat, et pointent deux raisons principales pour l’expliquer :

  • La complexité des moteurs

Avec l’introduction de la norme Euro 6, les moteurs sont devenus de plus en plus complexes. Disposant de toutes les données du moteur, les constructeurs ont beau jeu d’affirmer qu’ils sont les mieux placés pour assurer le volet ‘entretien préventif’, même auprès de clients qui disposent de leur propre atelier. Et que c’est une des raisons du succès de leurs programmes ;

  • L’influence des heures non productives sur le TCO(coût total de possession)

A une époque où la rentabilité d’une entreprise de transport passe par l’augmentation du kilométrage ‘payant’, la moindre immobilisation se paie cash. Les risques de coûts élevés suite à des entretiens incorrects ou de pannes de composants sont trop importants pour les transporteurs qui préfèrent opter pour un programme de maintenance préventive.

En tout cas, le constat est éloquent, à tel point que Renault Trucks annonce que plus de 95% des clients Euro 6 travaillent avec son programme d’entretien préventif.

prévention (2)

En interne ou externalisée : même bienfait

L’avantage principal de la maintenance préventive n’est plus à démontrer : grâce à ce suivi, chaque composant du véhicule est régulièrement contrôlé et sa durée de vie dans le véhicule optimalisée, ce qui réduit le risque de problème éventuel, augmente la disponibilité du véhicule et réduit les frais de fonctionnement.

Pour parvenir à un résultat compétitif et inciter les transporteurs à faire appel à leurs services plutôt que de garder ce volet prévention en interne, les constructeurs améliorent leurs programmes de maintenance préventive. Aujourd’hui, tous proposent des programmes personnalisés, adaptés au modèle de véhicule, à ses activités et à son kilométrage. S’il est compliqué de comparer les programmes des 7 constructeurs, leurs offres renfermant de multiples paramètres, il est facile de constater les procédures normalisées développées par chacun d’eux.

MAN propose MAN ServiceCare, un paquet de services pour « une gestion pro active de l’entretien ». « Pour utiliser MAN ServiceCare, le véhicule doit être équipé du matériel MAN TeleMatics et le paquet de services BASIC doit être activé. Les données d’entretien du véhicule sont alors transmises en ligne sur le portail de données d’entretien de MAN puis envoyées automatiquement par e-mail au point de service après-vente MAN. Toutes les visites d’entretien de votre véhicule et ses données de maintenance sont ainsi regroupées au point de service après-vente MAN (suivi de livraison des pièces et disponibilité du personnel qualifié inclus). Cela permet une meilleure planification, une optimisation de la maintenance préventive et une réduction des périodes d’immobilisation. De plus, tous les entretiens préventifs se déroulent sur base d’une checklist fixe dans laquelle les problèmes les plus courants sont répertoriés. »

« Grâce à notre système télématique Fleetboard, nous pouvons fournir une vue d’ensemble complète de l’état technique du véhicule, des services préventifs à effectuer et des éventuels contrôles nécessaires », explique Mercedes-Benz. « Cette vue d’ensemble est envoyée, selon le choix du client, soit au concessionnaire Mercedes-Benz, soit au propriétaire de la flotte. Nous offrons ainsi la possibilité aux clients d’effectuer ces tâches eux-mêmes. »

Chez Scania, « on dispose de protocoles complets de maintenance préventive, sous forme de listes de contrôles spécialement adaptés au véhicule et à son style de conduite. Nous consignons les résultats de nos inspections dans un rapport de maintenance, avec des conseils et des recommandations quant aux réparations, aux mesures de sécurité, etc. »

Chez Volvo Trucks, « chaque camion reçoit à l’achat un calendrier personnalisé de maintenance adapté au type de transport, au véhicule et au kilométrage prévu ».

Idem chez Renault Trucks : « Pour chaque véhicule Euro 6 livré, le concessionnaire établit un calendrier d’entretien. Sur base du kilométrage annuel, du type de transport et du type de véhicule, il y aura une planification d’entretien jusqu’à maximum 120 mois. Cette planification évoluera en fonction de l’état du véhicule et de son usure (éléments constatés à chaque entretien préventif) mais aussi en fonction du kilométrage. Le kilométrage peut être envoyé au client ou à son concessionnaire Renault Trucks via la télématique (transmission manuelle pour la gamme de véhicules légers de distribution). »

Chez Iveco, « le programme de maintenance préventive est adapté à la mission du véhicule. Grâce à des tests, nous avons également mis au point un système dans lequel certains composants sont remplacés sur base des kilomètres, d’autres sur base de la durée, ou des deux. »

Chez DAF, on met en avant le remplacement préventif. « Lors des inspections du véhicule dans l’atelier du concessionnaire, tous les composants qui pourraient causer des temps d’arrêts inutiles sont remplacés. »

prévention (3)

Diagnostic à distance

Mais Mercedes-Benz, Volvo Trucks ou Scania vont encore plus loin en proposant un diagnostic à distance. Un vrai plus (qui a cependant son prix) et ce, pour plusieurs raisons :

  • Visites à l’atelier uniquement si nécessaire

« Grâce à ce service, le technicien peut voir l’état des parties vitales du camion avant une visite planifiée d’entretien », détaille Volvo Trucks. « S’il y a moins d’usure que prévu, la visite peut être reportée. Nous ne réalisons d’entretien que quand c’est vraiment nécessaire et limitons ainsi le temps d’immobilisation du véhicule. »

  • Visites à l’atelier plus courtes

« Comme nous pouvons établir les diagnostics à l’avance, l’atelier peut anticiper, préparer les outils, les pièces nécessaires et mobiliser le personnel adéquat. Le véhicule sera donc plus vite traité et plus vite disponible pour le client », explique Scania.

  • Problèmes détectés en amont

« Dans nos nouveaux modèles dotés de services connectés, via la Telematic Gateway – de série sur les nouveaux Volvo FH, FM et FMX (depuis 2016), plusieurs éléments dont les plaquettes de frein, l’embrayage et la batterie sont reliés à l’atelier », développe Volvo Trucks. « Ils peuvent donc être suivis et on peut alerter le client en cas de problème, prévoir un rendez-vous à l’atelier et remplacer/réparer le matériel nécessaire. Là encore, étant donné que le problème est connu de l’atelier, le personnel peut préparer l’intervention et la rendre plus rapide. »

  • Dépannage plus efficace

« En cas de problème sur la route, l’atelier et Mercedes-Benz 24h Service peuvent diagnostiquer le véhicule à distance, déterminer le problème et envoyer le technicien avec les pièces adéquates. Le temps d’arrêt est ainsi limité au maximum », ajoute Mercedes-Benz.

Si le volet préventif est déjà bien développé chez tous les constructeurs, il n’a pas atteint son maximum. Dans les années à venir, la maintenance préventive devrait, parallèlement aux innovations technologiques, devenir encore plus pointue et donc plus efficace.

prévention (4)

Facteurs de coût : le véhicule, son activité et son kilométrage

Combien coûtent ces programmes d’entretien préventif ? Si les programmes sont fort différents les uns des autres, et donc difficilement comparables au niveau des prix, leur coût dépend souvent du modèle de véhicule, de son activité et de son kilométrage. Ces éléments peuvent le faire varier considérablement. Le nombre de véhicules à entretenir n’aurait que peu d’impact sur le coût global du programme, chaque tracteur devant être suivi identiquement.

Mais les constructeurs l’assurent : les coûts injectés dans la prévention n’atteindront jamais ceux des réparations, immobilisations ou autres problèmes liés à un programme de maintenance préventive défectueux.

Maintenance préventive: les constructeurs davantage sollicités

Preventief onderhoud: fabrikanten worden meer gesolliciteerd

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !