TRUCK & BUSINESS 270 (octobre 2019)

 04/10/2019  ccluyten  


Cinq ans pour tout rebâtir

Nous sommes nombreux à penser (ou à craindre, c’est selon) que la législature européenne qui s’ouvre en 2019 est l’épreuve de vérité ultime pour l’Union Européenne. Si, dans les cinq ans à venir, le triangle formé par la Commission, le Parlement et le Conseil ne parvient pas à remettre l’Europe sur la voie de l’intégration et de l’union, les populistes de tout poil auront tôt fait de détricoter ce projet qui nous assure la paix depuis des décennies.

Pour le transport routier aussi, les années 2019 à 2024 sont cruciales. La législature qui s’est achevée a marqué un coup d’arrêt à la libéralisation forcée du marché, mais elle n’a pas permis de fixer définitivement de nouvelles règles assurant une concurrence équitable entre tous les transporteurs et garantissant des conditions de travail honorables à tous les travailleurs.

Nous connaissons maintenant les personnalités qui seront à la manoeuvre de cet effort de reconstruction. C’est la Roumaine Rovana Plumb qui a été désignée Commissaire aux Transports, à charge pour elle de donner les impulsions, de définir les priorités et de voir, en particulier, ce qu’elle conserve du Paquet Mobilité que sa prédécesseure Violeta Bulc n’a pu faire aboutir. Une Roumaine après une Slovène et un Estonien, on aurait pu rêver à un représentant de l’Europe de l’ouest, il n’en sera rien. Peut-être son appartenance au groupe politique des Sociaux-Démocrates, plutôt partisans d’une harmonisation plus poussée, pèsera-t-elle plus lourd que sa nationalité… et pour autant que sa candidature soit finalement validée par le Parlement.

« Une socialiste roumaine et une écologiste française à la manœuvre pour reconstruire les règles du transport routier en Europe. »

Face à elle, elle trouvera une écologiste française. C’est en effet Karima Delli qui mènera la commission du Transport au sein du Parlement européen. Au vu de ses premiers pas médiatiques depuis sa nomination, on peut s’attendre de sa part à un soutien marqué au ferroviaire, mais il serait étonnant qu’elle s’engage en faveur d’une libéralisation totale du marché du transport routier, par exemple.

Au sein de cette commission, qui remettra des avis importants sur tous les projets de la Commission avant que le Parlement ne se prononce, un seul belge : Benoit Lutgen, novice en politique européenne. Les transporteurs belges savent donc à qui s’adresser pour porter leur voix au plus haut niveau.

Claude Yvens,
Rédacteur en chef.

 

PS : l’édition 2020 des Transport & Logistics Awards s’annonce encore plus prestigieuse que cette année, avec une conférence de haut niveau précédant la soirée des awards elle-même. Les prix ne changent pas… et vous pouvez déjà vous porter candidat sur www.transport-logistics-awards.be !

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !