TRANSPORT Management 104 (décembre 2019)

 12/12/2019  ccluyten  


Une véritable lame de fond, électrique et autonome

Comme à l’accoutumée, j’ai éprouvé l’envie de partager avec vous mes impressions sur quelques sujets qui ont émaillé l’actualité de votre secteur ces temps derniers. N’hésitez pas à nourrir en retour mes réflexions de vos commentaires/critiques/remarques…

Electricité et hydrogène, même combat. Poussés dans le dos par des législations de plus en plus contraignantes et par de légitimes préoccupations environnementales, les constructeurs, dans un bel ensemble, mettent plein gaz sur… l’électrique, solution privilégiée à court terme, et sur l’hydrogène, envisagée dans la foulée. Dans ce contexte, Nikola Motors vient de frapper un très grand coup. Non content de s’affirmer comme l’un des leaders dans le domaine de l’hydrogène – il s’est récemment associé à Iveco pour produire à court terme en grande série un poids lourd ‘fuel cell’-, le constructeur américain a annoncé être en mesure de mettre bientôt sur le marché une batterie révolutionnaire, revendiquant une autonomie pour un camion de l’ordre de 1.300 kilomètres ! Prouesse réalisée sans – trop – grever la charge utile puisque la batterie serait 40 % plus légère que son homologue lithium-ion… Pas égoïste pour un sou, le patron de Nikola, l’emblématique Trevor Milton, a choisi de partager la propriété intellectuelle de cette innovation avec d’autres partenaires. Si tout cela n’est pas trop beau pour être vrai, on va se bousculer au portillon.

« Une batterie assurant à un camion électrique une autonomie de 1.300 km, c’est la promesse de l’américain Nikola Motors. Promesse tenue ? »

Une croissance à deux chiffres. Autre lame de fond, celle portant actuellement les véhicules (semi-)autonomes. Ainsi, le marché du véhicule autonome devrait être de 15.200 unités en 2025 pour atteindre, sur base d’un taux de croissance annuel moyen de près de 40 %, 81.800 unités en 2030. Quant au segment des camions semi-autonomes, estimé l’an dernier à 260.100 unités, il devrait dépasser les 1,1 millions d’unités en 2025 (taux de croissance annuel de 23,38 %). On comprend mieux pourquoi Volvo Group vient de créer une division spécialement dédiée aux véhicules autonomes (Volvo Autonomous Solutions).

La (presque) bonne nouvelle du mois. Après une progression ininterrompue depuis 2009, il fallait s’y attendre : le marché européen du matériel tracté devrait diminuer cette année, mais dans des proportions plus faibles que prévu (6,6 %). La baisse devrait se poursuivre en 2020 mais la reprise se ferait déjà jour en 2021. Acceptons-en l’augure !

Christophe Duckers,
Managing Director.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !