LINK2LOGISTICS Management 52 (décembre 2019)

 13/12/2019  ccluyten  


Facts & figures

L’année 2019 se clôture de la même manière que s’est terminée 2018 : avec beaucoup de points d’interrogation. Malgré les nombreux nuages noirs, l’économie européenne ne s’est pas dégradée de manière prononcée. Même si l’industrie allemande a flirté avec la récession, l’économie belge s’est portée – toutes proportions gardées – plutôt bien. Mais elle montre, à l’instar du reste de l’économie européenne, des signes d’essoufflement manifestes.

Ceci s’est traduit par plusieurs opérations de fusion et acquisitions, dont les deux plus grandes sont le rachat de CEVA Logistics pour CMA CGM et de Panalpina par DSV. D’autres opérations majeures furent, plus près de nous, le rachat de Rotra par Kuehne + Nagel, de Haesaerts Intermodal par Alders, de Joosen et de Nijhof-Wassink en Pologne par Katoen Natie , Euroports par R-Logitech, KTO par Tailormade Logistics, Jan Dohmen par Vervaeke, Ajimex par le group Pierre, Antwerp East par VanMoer, et j’en passe. C’est un phénomène récurrent : avant la tourmente, bon nombre d’entreprises veulent accroître leur taille.

Cela se remarque d’ailleurs dans notre Top 1000 Logistique. Par rapport à l’année passée, plusieurs opérateurs logistiques ont connu une forte croissance en 2019. On notera par ailleurs que cette croissance n’est pas toujours externe, que du contraire. Plusieurs logisticiens belges – dont H.Essers en tête – ont connu une croissance organique très prononcée. Le Top 1000 n’est pas le document le plus sexy à découvrir, mais qu’est-ce qu’il est instructif ! Ce travail de moine est désormais LA référence en Belgique.

Pour le reste, la rédaction a, comme à chaque fois, voulu rendre ce magazine aussi divers et intéressant que possible.

Bonne lecture !

Philippe Van Dooren,
Rédacteur en chef.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !