L’UPTR plus méfiant que jamais vis-à-vis du ‘Paquet Mobilité’

 05/03/2019  Michel Buckinx  Réglementation
L’UPTR plus méfiant que jamais vis-à-vis du ‘Paquet Mobilité’

L’UPTR avait déjà souligné en décembre 2018 à quel point le ‘Paquet Mobilité’, fruit d’un accord européen, était mauvais pour les transporteurs belges. L’Union déplore aujourd’hui la tentative de plusieurs députés européens de « relancer la machine européenne avec une (énième) proposition de compromis sur les points les plus essentiels ». Proposition qualifiée d’imbuvable par l’UPTR.

Concernant le repos hebdomadaire ‘normal’ de 45 h, celui-ci serait interdit en cabine « sauf si le camion est garé dans un parking sécurisé équipé ». Ce qui revient à dire, pour l’UPTR, que le repos hebdomadaire normal de 45 heures à bord sera, de facto, à nouveau autorisé. A propos du détachement, l’UPTR précise que « les concessions proposées par ces députés européens signifieraient, dans les faits, l’application systématique du salaire du pays du siège social d’une entreprise de transport et ce, partout dans le reste de l’Europe. Du pain béni pour les transporteurs internationaux issus des pays l’Est, un ‘Waterloo’ pour les transporteurs occidentaux ! »

Enfin, en matière de cabotage et de période de carence de 5 jours, l’UPTR déplore qu’avec une période de carence de 5 jours après chaque opération de cabotage, la France protège ses transporteurs nationaux des ‘caboteurs’ étrangers. Un schéma protectionniste, selon l’UPTR, qui vise en premier lieu les transporteurs belges.

L’UPTR a repris contact avec le ministre Bellot pour lui rappeler « combien il fallait se montrer attentif à chaque point de détails et l’inviter à se méfier comme de la peste de l’allié français. »

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !