L’UBT publie son quatrième Livre Noir sur le dumping social

 22/03/2019  Claude Yvens  Réglementation
L’UBT publie son quatrième Livre Noir sur le dumping social

Pour la quatrième fois, le syndicat UBT-FGTB est parti enquêter en Slovaquie sur l’établissement de filiales de société belges de transport. A partir d’un a priori négatif (c’est logique de la part d’un syndicat), mais avec quelques constats intéressants à la clé.

Le style n’a pas changé par rapport au précédent Livre Noir : une enquête menée presque en ‘live’ au siège des sociétés de transport, avec tentative de rencontrer le personnel et/ou la direction des sociétés concernées pour établir le lien entre la société slovaque et la maison-mère belge. Par rapport à la dernière édition, publiée à l’automne 2016, quelques constats intéressants :

  • le business des consultants en accompagnement semble toujours aussi florissant
  • plusieurs sociétés slovaques semblent atteintes de bougeotte aigüe, certaines totalisant jusqu’à cinq déménagements en peu de temps
  • certaines sociétés tentent toujours de masquer la consistance de leurs activités slovaques en publiant de fausses photos de bureaux pleins alors qu’ils sont aujourd’hui manifestement vides, ce phénomène étant lié aux fréquents changements d’adresse mentionnés plus haut
  • d’autres tentent manifestement de se mettre en ordre… ou ont simplement fermé boutique.

Le document pêche par contre par l’amalgame systématique entre les cas douteux (et il y en a) et des listes d’entreprises slovaques, filiales de sociétés belges dont les didigeants sont administrateurs d’une des trois fédérations professionnelles belges. Il y a également des contre-vérités flagrantes, comme l’affirmation selon laquelle l’emploi dans le secteur du transport en Slovaquie a augmenté de 48,8 % de 2010 à 2015, alors que l’emploi dans le transport aurait reculé en Belgique. Entre le 1er trimestre 2010 et le 1er trimestre 2015, les entreprises de la commission paritaire 140 employaient 78.533 ouvriers. Ce nombre a augmenté à 78778 cinq ans plus tard… avant de connaître une progression de plus de 5000 unités en deux ans.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !