Lidl : la logistique doit soutenir la croissance

 10/11/2016  Claude Yvens  Logistics
Lidl : la logistique doit soutenir la croissance

Dans les années à venir, Lidl investira 500 millions d’euros en Belgique. La chaîne discount, qui compte près de 300 magasins dans notre pays, ouvrira 50 nouveaux points de vente à Bruxelles, à Anvers et en Wallonie. Une forte croissance qui exigera une logistique à la hauteur.

Lidl s’est implanté en Belgique assez tard (en 1995) et se concentre maintenant sur deux objectifs : augmenter le nombre de magasins et se positionner comme un ‘discounter du frais’. Ces deux axes stratégiques ont des conséquences logistiques. La chaîne allemande a donc considérablement investi dans l’augmentation des capacités, en mettant l’accent sur la logistique du froid. Rien que cette année, trois chantiers ont été lancés ou terminés.

Développer la logistique du froid

Lidl investit 37 millions d’euros afin d’ajouter 16.000 m² à son centre de distribution de Wevelgem (qui atteindra 45.000 m²). Les installations supplémentaires, opérationnelles en 2017, seront exclusivement destinées à la logistique du froid. La capacité de stockage sera portée à 23.000 palettes, avec davantage de place pour les fruits, les légumes et la viande. Wevelgem approvisionne 85 filiales situées en Flandre orientale et occidentale, ainsi que dans le Hainaut.

Un nouveau centre de distribution de 44.000 m², dont 10.000 m² pour le froid, est aussi en construction à Marche-en Famenne. Grâce à cet  investissement de 50 millions, Lidl veut améliorer l’approvisionnement dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg, ainsi qu’au Grand-Duché de Luxembourg. Il ouvrira en 2017.

Au début de l’année, 18 millions ont permis d’ajouter 6.000 m² au CD de Genk, qui offre désormais 38.000 m². Là aussi, les installations réfrigérantes ont été modernisées et agrandies afin de mieux desservir Liège et le Limbourg. Avec Marche-en-Famenne, Lidl comptera au total cinq CD en Belgique. Les deux autres se trouvent à Courcelles et Saint-Nicolas.

Plus de semi-remorques

Ce développement logistique aura des conséquences sur le transport, qui est entièrement externalisé. « C’est un choix stratégique. Nous disposons de 120 ensembles routiers, exploités par des sous-traitants », explique Evelyne Raymakers, porte-parole de Lidl. Un nombre qui augmentera avec l’ouverture de nouveaux magasins.

Les semi-remorques servent aussi bien au transport de marchandises traditionnelles que de produits réfrigérés ou surgelés. « Elles ont toutes deux moteurs de refroidissement, pour un meilleur contrôle de la qualité, et peuvent avoir plusieurs zones de températures. On décide de les réfrigérer (en partie) ou non selon le type de produit à transporter », conclut-elle.

Magasin en ligne

Depuis mars dernier, Lidl a aussi un magasin en ligne en Belgique, qui propose environ 350 articles non-food. « Nous allons élargir l’offre de façon systématique, mais nous avons choisi de commencer par une version basique et de l’étoffer progressivement », déclare Evelyne Raymakers. Le traitement logistique est assuré par la branche e-commerce de Lidl en Allemagne et bpost effectue les livraisons. Les frais d’envoi sont de 2,99 euros par livraison.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !