Les trois fédérations présentent leur socle commun de demandes

 22/01/2018  Claude Yvens  Economie
Les trois fédérations présentent leur socle commun de demandes

Ce soir, les trois fédérations professionnelles organisaient pour la troisième fois une réception annuelle commune au cours de laquelle elles ont eu l’occasion de présenter leurs souhaits et demandes à la Commissaire Européenne Marianne Thyssen.

Thyssen aura donc pu entendre à quel point les transporteurs belges sont satisfaits de certaines mesures contenues dans le Mobility Package qu’elle a présenté (avec Violeta Bulc) au printemps dernier. En particulier, l’application du salaire minimum et des conditions de travail dans tout pays dans lequel un chauffeur passe au moins trois jours par mois est de nature à égaliser les conditions de concurrence. Les nouvelles règles portant sur le cabotage (autorisé de manière illimitée pendant cinq jours après un trajet international) font par contre craindre une libéralisation totale du marché et une nouvelle perte de compétitivité en transport national, comme l’a rappelé Benny Smets (président de la Febetra). Pour l’UPTR, Bruno Velghe a également insisté sur la nécessité de simplifier les procédures administratives en matière de détachement… et rappelé que les transporteurs belges, “qui paient toujours les charges les plus élevées” devraient être dispensés de ces formalités dans des pays comme la France et l’Allemagne.

Repos en cabine

L’autre grand sujet de portée européenne est le repos en cabine, qui sera interdit par la nouvelle directive. Pour TLV, Rudy Maes a soutenu le projet porté par Marianne Thyssen, mais a averti que l’on risquait de manquer de chambres d’hôtel… Le même a rappelé le soutien des fédérations à la lutte contre les véritables sociétés ‘boîte-aux-lettres’, mais regretté que les contrôles des derniers mois aient mis dans le même panier les fraudeurs et d’autres transporteurs qui n’avaient rien à se reprocher. Il a aussi rappelé que le simple fait d’employer des chauffeurs d’Europe de l’Est n’était nullement répréhensible en soi.

Camionnettisation

Enfin, Benny Smets (Febetra) a regretté que le Mobility Package ne contienne pas suffisamment de mesures pour entourer le transport de marchandises par des utilitaires légers : “L’Europe doit agir afin d’éviter que le transport léger glisse encore un peu plus vers cette zone grise où presque tout est permis”, a-t-il averti. Même si les chauffeurs concernés reçoivent le salaire minimum belge durant leur séjour, les cotisations sociales resteront dues dans leur pays d’origine, et les chauffeurs étrangers resteront moins chers que des chauffeurs belges, a-t-il encore argumenté.

 

Pour tout savoir sur Febetra, rendez-vous sur notre Transport & Van In Belgium Directory !

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !