Les concessionnaires PL craignent d’être mis hors jeu

 27/10/2016  Claude Yvens  Service
Les concessionnaires PL craignent d’être mis hors jeu

Dans le cadre du European Truck Dealer Day organisé à Bruxelles par le Cecra, les discussions vont bon train sur les nouvelles possibilités offertes par le Big data et la télématique. Mais les concessionnaires craignent clairement d’être confrontés à de nouvelles demandes et de na pas pouvoir y répondre.

Le dernier salon IAA l’a encore démontré : la progression des services télématiques dans le monde du poids lourd ne peut plus être contrée. Plusieurs marques proposent déjà des services d’entretien préventif aux clients qui acceptent que les données de leurs véhicules soient ‘lues’ à distance par leur fournisseur. La promesse est simple : le véhicule et ses capteurs prévient quand tel organe devra être entretenu ou remplacé, ce qui rend possible la planification de l’entretien et la commande des pièces nécessaires. Au bout du compte, ce sont les immobilisations imprévues qui sont évitées.
Les concessionnaires réunis à Bruxelles savent que ce type de service est l’avenir, mais ils y voient également une menace pour leur indépendance. “Nous n’avons aucun accès direct aux données du véhicule, tout passe par la plate-forme du constructeur. Nous n’avons pas non plus accès à toutes les données, mais le système est conçu de manière à ce que notre action soit cntinuelleemnt suivie par la marque. Et puisque notre client a dû signer un contrat télématique avec la marque, nous sommes mis hors jeu. Nous ne pouvons plus offrir notre service à notre client, et notre client n’a plus le libre choix de son fournisseur.”, a expliqué Holger Schade, un gros concessionnaire de Mercedes-Benz en Allemagne.
D’autres concessionnaires présents dans la salle confirment, en insistant aussi sur le fait qu’ils n’ont de toutes façons pas les moyens humains nécessaires pour gérer la masse de données que transmet un véhicule. “Il me faudrait engager un tempsplein juste pour cela, ce qui me coûterait 70.000 euros”, nous explique Eric Cuyt (Kant)

Les débats qui ont suivi ont montré que l’équilibre entre les intérêts des clients, ds concessionnaires te des constructeurs est encore loin d’être atteint…

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !