Les bières spéciales perturbent la logistique de retour des bouteilles en verre

 24/05/2018  Philippe Van Dooren  News Logistics
Les bières spéciales perturbent la logistique de retour des bouteilles en verre

Les producteurs qui, pour des raisons commerciales, lancent sur le marché des bouteilles et bacs uniques, rendent les flux de retour très complexes et chers. Davantage de standardisation pourrait constituer une solution. C’est ce qui ressort des résultats du projet ‘Empty Logistics’ tout juste présentés par VIL.

Le principal point noir du système de consigne reste le tri des bouteilles. La grande diversité des bouteilles et des bacs donne aux points de vente un travail de tri important. Il s’agit d’un travail manuel, qui prend du temps et qui est sensible aux erreurs. Des fautes sont commises dans les points de vente, et celles-ci sont inévitablement répercutées sur le producteur. En moyenne, ce dernier ne peut plus utiliser 2 à 3 % des bouteilles vides ramenées car elles ont une forme ou une impression différente. Les différentes consignes entraînent aussi un traitement plus complexe.

Les bouteilles différentes proviennent souvent de petits acteurs du marché. C’est notamment le cas des bières spéciales. Compte tenu de leur popularité croissante, ce problème de bouteilles différentes ne va pas disparaître de sitôt.

Selon Eva Gezels, chef de projet du VIL, la standardisation devrait pouvoir réduire les coûts logistiques. « Une réduction du nombre de types de bouteilles et de tarifs de consigne tel que présenté dans le rapport de ce projet, peut améliorer nettement la clarté et l’efficacité du flux logistique des vidanges. Les taxes et les accises poussent les produits vers les emballages réutilisables, mais ne tiennent pas compte de la standardisation », affirme-t-elle.

Le projet VIL a été réalisé en collaboration avec huit entreprises et associations : AB Inbev, Brasseurs Belges, Chep, Coca-Cola European Partners Belgium, Delhaize, FeBeD, Jost Logistics et Retail Partners Colruyt Group.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !