Le restant des actifs de la FNBTR pourrait être engagé dans des formations

 04/03/2019  Claude Yvens  Economie
Le restant des actifs de la FNBTR pourrait être engagé dans des formations

Les asbl Scholing et FTR ont souhaité réagir au communiqué diffusé le 13 février par les fédérations de transport TLV et UPTR. Selon eux, l’argent du ‘trésor de guerre’ de la FNBTR pourrait servir à financer des formations à travers toute la Belgique et à favoriser l’afflux de nouveaux chauffeurs. Toutefois, d’après les deux ASBL, ces propositions ont été écartées par l’UPTR et TLV.

L’asbl Scholing a été créée au sein de VVL-Febetra dans le but d’organiser des formations professionnelles et des cours de perfectionnement pour les chauffeurs poids lourd, les magasiniers, le reste du personnel et les chefs d’entreprise. FTR (Fédération des Transporteurs Routiers) est la dénomination actuelle de l’ancienne UPTRH (Union Professionnelle des Transporteurs Routiers du Hainaut). Les deux asbl regrettent que l’UPTR et TLV ne se rangent pas derrière la décision des tribunaux, d’autant plus que les actifs restants de la FNBTR (plus d’un million d’euros, selon la plupart des sources) pourraient profiter au secteur tout entier.

Voici la proposition formulée à trois reprises par les asbl Scholing et FTR à TLV et à l’UPTR : « Les fonds toujours disponibles seraient exclusivement alloués pour des formations et répartis équitablement dans toutes les provinces, avec une attention particulière sur les formations qui visent à stimuler l’emploi dans certains métiers en pénurie du secteur, tel que celui de chauffeur poids lourd ».

Selon les asbl Scholing et FTR, cette proposition a toujours été rejetée, bien que TLV et l’UPTR aient chacun obtenu un siège dans le conseil d’administration des deux asbl. « L’action en justice engagée il y a quelques jours par TLV et l’UPTR va à l’encontre du souhait exprimé par la grande majorité des transporteurs d’unir leurs forces et de s’exprimer d’une seule voix. De plus, à cause de cette ligne de conduite, les fonds qui pourraient profiter à l’ensemble du secteur en étant consacrés à la mise en place de formations resteront bloqués. »

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !