L’e-commerçant britannique Gymshark installe sa logistique à Grobbendonk

 08/11/2018  Michel Buckinx  News Logistics
L’e-commerçant britannique Gymshark installe sa logistique à Grobbendonk

Bleckmann Logistics se charge, depuis peu, de la logistique internationale du magasin de mode en ligne britannique Gymshark. La collaboration génère 125 jobs. Pendant les périodes de pointe, comme ce sera le cas bientôt avec le Black Friday, 400 jobs temporaires supplémentaires s’y ajouteront.

Gymshark est un vendeur en ligne de vêtements de fitness et d’accessoires. La société est créée en 2012 par Ben Francis, âgé alors de 19 ans, et est une des entreprises connaissant la croissance la plus rapide au R-U. Cette année, le chiffre d’affaires dépassera largement les 100 millions de livres, soit plus du double de 2017. La société produit les vêtements elle-même et les vend – uniquement en ligne – dans 177 pays.

L’an passé, Gymshark a conclu un contrat de 5 ans avec la filiale britannique du groupe belge Bleckmann Logistics pour la gestion de tout le processus logistique et lié au commerce électronique. Pour cela, elle a mis en service un nouveau centre de distribution à Swindon. Suite à la forte croissance, il a fallu chercher un deuxième centre de distribution pour les envois internationaux. « Depuis août, nous envoyons au départ de Grobbendonk des colis dans le monde entier pour le compte de Gymshark. Seules les commandes pour le marché britannique sont encore traitées à Swindon », explique Tom Leunckens, directeur de Bleckmann.

Le prestataire logistique dispose à Grobbendonk d’un centre de fulfilment qui se charge de la logistique e-commerce pour plusieurs marques de mode comme JBC, Superdry et Vilebrequin. Quelque 600 personnes travaillent dans un entrepôt de 100.000 m2. Cette année, le siège de Grobbendonk traitera 6 millions de pièces pour Gymshark. En 2019, ce total atteindra 11 millions.

Selon Ben Francis, le choix de Bleckmann à Grobbendonk s’explique en raison de sa situation géographique en Europe et de la grande flexibilité du logisticien capable d’absorber même les courtes périodes de pointe. Le Brexit et la possible introduction de procédures douanières ont probablement aussi joué un rôle.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !