La Febetra attend davantage du gouvernement fédéral

 05/01/2018  Claude Yvens  Economie
La Febetra attend davantage du gouvernement fédéral

Selon la Febetra, il reste beaucoup de pain sur la planche du gouvernement fédéral en 2018. Problème numéro 1 : les transporteurs belges souffrent toujours d’un déficit de compétitivité par rapport à leurs voisins.

Les transporteurs belges pourront-ils profiter à fond de l’embellie économique et des 2% de croissance que prévoit la FEB (l’OCDE est plus mesurée à + 1.65 %, NDLR) ? La Febetra en doute : “Malgré toutes les mesures (saut d’index, taxshift, modération salariale, réforme de l’impôt sur les sociétés) qui ont été prises ces dernières années par le gouvernement fédéral pour booster la compétitivité, les transporteurs routiers belges accusent encore et toujours un déficit concurrentiel. Pas seulement par rapport à leurs concurrents issus des nouveaux Etats-membres, mais même – et c’est peut-être encore plus inquiétant- par rapport à leurs collègues des pays voisins. Handicapés par des coûts salariaux très élevés, nos transporteurs belges restent trop chers. Le gouvernement fédéral ne doit surtout pas croire que sa mission est accomplie et se reposer sur ses lauriers. Le fameux handicap salarial n’a pas disparu, il est toujours là. De nouvelles réformes structurelles restent nécessaires afin de permettre aux transporteurs belges de tirer pleinement profit de leur situation géographique tout à fait exceptionnelle au cœur de la banane bleue. Le rétablissement de la compétitivité doit demeurer la priorité numéro 1 du gouvernement fédéral.”

Rappelons que les fédérations professionnelles tentent depuis des années d’obtenir l’exonération de cotisations sociales sur les heures d’attente.

Pour tout savoir sur Febetra, rendez-vous sur notre Transport & Van In Belgium Directory !

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !