La Belgique intensifie la lutte contre le dumping social avec la Slovaquie et le Portugal

 25/10/2017  Claude Yvens  Réglementation
La Belgique intensifie la lutte contre le dumping social avec la Slovaquie et le Portugal

Le Secrétaire d’état à la lutte contre la fraude sociale Philippe De Backer (Open Vld) a conclu un accord avec le Portugal et la Slovaquie. La Belgique va collaborer avec ces deux pays pour intensifier la lutte contre le dumping social.

Selon De Backer, c’est surtout l’accord avec la Slovaquie qui constitue une bonne nouvelle pour le secteur du transport belge. De Backer : “Le dumping social fait des victimes : les emplois belges sont perdus, les entreprises belges boivent le bouillon en raison de pratiques malhonnêtes, les gens ne sont pas correctement payés. Il existe évidemment des règles du jeu belges et européennes permettant de payer correctement les gens, mais ces règles doivent alors bel et bien être appliquées. Voyez par exemple le secteur du transport. En Slovaquie, des centaines de transporteurs belges sont actifs via des sociétés boîtes aux lettres, des entreprises qui n’existent que sur le papier. Grâce à l’accord avec la Slovaquie que j’ai signé ce matin, nous pourrons supprimer plus rapidement les sociétés boîtes aux lettres et les services d’inspection, la police ainsi que la justice pourront intervenir plus vite contre les pratiques malhonnêtes et stopper immédiatement l’exploitation des chauffeurs. Cet accord montre enfin que la collaboration transfrontalière porte ses fruits.” De Backer espère pouvoir signer bientôt un accord avec la Pologne et entend continuer à se battre en Europe pour une approche européenne du problème du dumping social : “Je veux installer une banque de données européenne permettant de partager les informations sur les travailleurs étrangers entre tous les états-membres européens. De cette manière, on supprime la barrière de la langue au moment des contrôles, les services d’inspection peuvent réagir plus vite et nous pourrons détecter la fraude plus rapidement et y mettre un terme.”

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !