KTO reprend DSP Transports à Paris

 26/10/2016  Claude Yvens  Economie
KTO reprend DSP Transports à Paris

KTO (Izegem) étend son réseau français avec la reprise annoncée de la société parisienne Transports DSP. Celle-ci est installée à Garonor, le centre logistique principale au nord de Paris.

DSP était une filiale du spécialiste de la messagerie D’Haenens (Lesquin). Elle constituera la sixième plate-forme de KTO en France, après Lyon, Bordeaux, Orléans, Marseille et Narbonne.”Une plate-forme à Paris, c’était un peu le chaînon manquant pour nous. Jusqu’à présent, nous livrions cette région à partir de notre siège central à Izegem et à partir d’Orléans. Or, les grands clients comme Saint-Maclou nous demandent de plus en plus une couverture nationale.  Les problèmes d’accessibilité et de congestion dans et autour de Paris, ainsi que les normes écologiques de plus en plus sévères, rendent aussi une plate-forme locale indispensable si nous voulons continuer à livrer dans Paris intra muros. En outre, nous devons faire face à de nouveaux défis qui résultent de la progression de l’E-commerce et qui font exploser le nombre de livraisons aux particuliers. DSP Transports est justement spécialisé dans les livraisons de marchandises hors format aux particuliers, comme un rouleau de tapis de 4 mètres de long qui est justeent notre spécialité. A partir de maintenant, nous pourrons livrer par exemple des artisans qui doivent redécorer un appartement avec tout le matériel nécessaire et qui n’auront plus qu’à se rendre sur leur chantier en moto…”, explique Thierry Verstraete, administrateur délégué de KTO.

D’ici là, il faudra d’abord passer par unephase d’analyse et de restructuration : “DSP Transports est une petiute société où travaillent une dizaine d’administratifs en plus des magasiniers. Le transport est pour l’instant entièrement sous-traité à des indépendants. Tout cela reste très artisanal, nous explique encore Thierry Verstraete. Si nous voulons avoir la maîtrise de toute la chaîne et offrir un service irréprochable, nous allons devoir réorganiser pas mal de choses.”

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !