JAVA : Lunettes intelligentes

 21/03/2016  Claude Yvens  Economie, Logistics
JAVA : Lunettes intelligentes

Fin 2015, JAVA a testé quelques modèles de lunettes intelligentes à deux endroits différents de l’entrepôt. Si le manager logistique est séduit par la technologie, il pointe malgré tout quelques obstacles à une mise en place généralisée.

“Pour nous, la mise en service de lunettes intelligentes n’est pas une évidence, car tout notre entrepôt et notre backoffice devraient s’adapter à cette nouvelle technologie. La valeur ajoutée, vous la créez, selon moi, lorsque vous passez du picking classique au picking mains libres. Si à ce moment-là, vous travaillez encore avec du papier et envisagez les mains libres, alors les lunettes intelligentes sont intéressantes. Surtout si vous privilégiez l’innovation, il ne faut pas hésiter. La technologie est encore balbutiante, mais le potentiel de développement est gigantesque”, explique Sammy Corten, Logistics Support Manager chez JAVA.

Enormément de SKUs. JAVA est surtout connu auprès du grand public pour son café. Sammy Corten nous surprend d’entrée de jeu : “Notre activité de torréfaction représente à peine 5% du chiffre d’affaires. Les 95% restants sont générés par notre autre business unit : JAVA Food Service, un one-stop-shop pour les grandes cuisines.” Ce business modèle de JAVA a d’importantes répercussions sur ses activités logistiques. Pas moins de 15.000 SKUs sont rassemblés sur plus de 10.000 m2 que compte l’entrepôt. “Notre assortiment est très diversifié : des produits frais aux gobelets de café en passant par les produits d’entretien”, poursuit S. Corten. “Autre défi: la variété des emballages. Des clients de tailles différentes ont nécessairement des besoins en stockage différents. C’est pourquoi nous opérons dans un entrepôt traditionnel où le picking s’effectue manuellement.” Ce processus est soutenu techniquement par le voice picking. “Le passage à cette technologie mains libres a augmenté notre efficacité de 20%. Le taux d’erreur a été considérablement réduit, mais il y a encore une marge de progression. Nos opérateurs occupent désormais la bonne position pour prélever un article du rayonnage, mais nous ignorons toujours s’ils emportent le nombre correct d’articles. Nous avions envisagé de projeter nous-mêmes les commandes sur nos chariots élévateurs. Et c’est alors que le VIL s’est présenté avec son projet…”, raconte S.Corten.
Des stagiaires testent les smart glasses sur le terrain. JAVA entrevoyait un débouché pour les lunettes intelligentes dans le picking des commandes et le chargement des véhicules. JAVA a reçu en test trois sets de Vuzix, un set de test d’Epson et quatre smartwatches de Sony. Pendant dix jours, trois stagiaires de l’Institut Sancta Maria de Aarschot ont testé les produits sur le lieu de travail. “Une occasion unique de faire connaissance avec un concept innovant. Les jeunes maîtrisent parfaitement les gadgets technologiques et ils les ont testés avec un regard neuf ”, explique S. Corten. Les nouveaux processus ont dû se greffer sur l’architecture vocale existante Dans le processus de picking de JAVA, l’opérateur travaille avec une liste de picking imprimée et reçoit les commandes via un headset. Le QR code imprimé sur chaque liste est scanné avec les lunettes Vuzix, sur lesquelles est ensuite projeté l’emplacement de picking unique. “Quand l’opérateur approche le bon couloir, une lumière verte s’allume sur les lunettes. Les lunettes reconnaissent les marqueurs ID qui ont été apposés dans l’entrepôt. Même chose lorsqu’il ajuste dans sa visière le numéro d’adressage exact ou la position exacte dans le rayonnage. La localisation unique reste visible constamment, ce qui est tout bénéfice pour la concentration de nos opérateurs. ‘Répétez’ n’est pas par hasard la commande la plus utilisée en voicepicking”, sourit S.Corten. Quand les stagiaires se trouvaient à l’endroit approprié, une image de l’article à enlever était présentée sur les lunettes. Les 50 SKUs du projet avaient été photographiées au préalable. La confirmation du picking s’effectuait par la smartwatch. Ordre de chargement des roll-conteneurs. Il arrive que le chargement des roll-conteneurs dans le camion ne soit pas optimal. Pour éviter des difficultés au chauffeur, la place de ces conteneurs doit correspondre à l’ordre de déchargement des livraisons. Ici, c’est la technologie Vision qui se révèle utile. “Au cours de cette seconde partie de notre projet pilote, l’ordre de chargement approprié était projeté sur les lunettes Epson. Lorsque le manutentionnaire retrouvait dans son champ de vision le roll-conteneur suivant à charger, les lunettes affichaient un signal vert”, explique Corten.
Un cadre juridique est nécessaire. Globalement satisfaite du projet pilote, JAVA envisage-t-elle cette technologie dans sa pratique quotidienne ? “Question difficile”, répond S. Corten. “On s’interroge toujours sur la sécurité de ces appareils. Vous avez en permanence des informations devant les yeux qui pourraient vous distraire. Le cadre juridique fait encore défaut, et c’est cependant essentiel. Au niveau des prestations et de la marge d’erreurs, nous n’avons pas constaté d’amélioration significative, mais il est vrai que nous réalisions déjà de bons résultats à ce niveau. Les smart glasses procurent, par contre, un contrôle supplémentaire, ce qui toujours appréciable”, rappelle S. Corten. Au plan ergonomique, les smart glasses offrent incontestablement des avantages, selon lui. “La mémoire est moins sollicitée, tout est projeté devant l’opérateur. L’opérateur peut ainsi mieux se concentrer sur d’autres aspects de son travail. En outre, et c’est un avantage important, la durée de mise en service est beaucoup plus courte que dans la technologie vocale.”

Vision in Logistics
En décembre 2015, le projet de recherche “Vision in Logistics” de l’Institut flamand pour la logistique (VIL) s’est clôturé avec succès. Son objectif ?  Donner l’occasion au secteur flamand de la logistique d’engranger de l’expérience pratique avec les smart glasses et les logiciels de réalité augmentée.

160_L2L070_ILLU3

Epson : un des trois modèles de lunettes issu du projet.

Pieter Jan Ghysens

160_L2L070_ILLU1

Des marqueurs ID uniques sont reconnus par les lunettes intelligentes et aident l’opérateur à trouver la bonne localisation de picking.

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !