Immobilier logistique : VGP n’a toujours pas de projets pour la Belgique

 02/07/2019  Philippe Van Dooren  Real Estate
Immobilier logistique : VGP n’a toujours pas de projets pour la Belgique

Le groupe logistique anversois spécialisé dans la logistique a conclu une nouvelle joint-venture avec l’Allemand Allianz Real Estate : VGP European Logistics 2. Ce vecteur d’investissement est axé sur le développement de l’immobilier logistique en Autriche, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Roumanie et en Espagne. Curieusement, le groupe belge n’a aucun projet pour son propre pays. « Le return est bien meilleur dans d’autres pays », déclare Martijn Vlutters, VP Business Development.

VGP et Allianz avaient déjà créé une première joint-venture en 2016, avec un accent sur les actifs en Allemagne, en Tchéquie, en Slovaquie et en Hongrie. Elle affiche actuellement une valeur brute des actifs d’environ 1,4 milliard d’euros en propriété ou en construction. La valeur brute des actifs de la nouvelle joint-venture doit atteindre, dans les cinq ans, 1,7 milliard d’euros. Ceci en reprenant l’immobilier développé par VGP. Allianz injecte dès le départ 350 millions d’euros en fonds propres dans la nouvelle joint-venture.

Aujourd’hui, VGP est actif dans une douzaine de pays. Bien que le siège se situe à Anvers, le groupe n’a encore rien développé en Belgique. « Nous n’y possédons aucune position foncière, ni en France ou en Pologne d’ailleurs qui sont pourtant aussi deux pays logistiques importants. En tant que groupe paneuropéen, nous examinons où il vaut mieux investir et où nous avons les meilleures chances de générer un ‘return on capital’ convenable. La Belgique et ces deux autres pays n’en font pas partie », explique M. Vlutters.

« On ne peut pas s’attendre à un changement à court terme, bien que nous ayons un manager Benelux. Si une proposition apparaît et qu’un locataire se fait connaître, nous envisagerons certainement un développement en Belgique. Mais le fait que nous ne possédions aucune position foncière ici, élève le seuil d’acceptation », dit-il encore.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !