Herentals: TP&H Group développe le frais

 03/06/2014  Claude Yvens  Expertise Center
Herentals: TP&H Group développe le frais

Plutôt généraliste à l’origine, TP&H Group a longtemps fait figure de pionnier dans l’exploration des possibilités qu’offre l’Europe de l’est. Aujourd’hui, le groupe cherche surtout à diversifier ses activités au-delà des véhicules bâchés et a choisi le transport de produits frais.

« Nos premiers pas en Pologne datent de 1990, et même si cela été difficile pendant les 4 ou 5 premières années, c’ était la chose à faire. Les Néerlandais avaient les mêmes problèmes que nous, notamment avec les consultants, dont 95 % ne sont pas corrects. Finalement, c’ est chez Ernst & Young que nous avons trouvé le bon conseil en matière de procédures et de licences. Et quand nos opérations en Pologne ont commencé à tourner convenablement, il était très difficile de trouver de bons chauffeurs belges. »

Joos Vandijck ne le cache pas : s’ il a pu maintenir un ancrage belge solide, c´est parce qu´il a disposé très tôt d´une flotte en Europe Centrale. Et si les choses sont devenues plus simples à partir de 2004, les prix de transport ont surtout reculé de manière spectaculaire : « Nous avons toujours essayé de travailler pour des clients directs, mais comptez entre -10 et -20 % en charges complètes et une stabilisation des prix en groupage, le tout sans tenir compte de l´augmentation des prix de revient. »

Reprise de Frulleux

TP&H Group ne pouvait rester sans réagir et s´est donc résolument engagé sur la voie de la diversification. En 2008, TP&H Logistics a élargi ses activités avec un nouveau complexe de 18.000 m2 d´entrepôts sous température contrôlée et 2000 m2 de bureaux à Geel. Une partie de ce bâtiment est louée à DHL. En 2012 et en 2013, deux filiales d´expédition ont été créées en France, non seulement pour mieux prospecter le marché local, mais aussi pour ne pas pâtir de la législation locale en vigueur en cas de défaillance d´un client.

Depuis 2013, TP&H Group possède aussi une nouvelle filiale en Belgique : ESV Koel- en Vriestransport, qui articule ses activités autour de la clientèle de deux sociétés reprises en un an : Smits Transport Europe (Olen) en 2013 et Frulleux au 1er mars 2014. « Notre objectif est de moins dépendre des trafics bâchés, explique Joos Vandijck. Le transport de fleurs et de plantes, qui constituait la spécialité de Walter Frulleux, est un secteur que nous connaissions déjà un peu puisque nous roulions parfois pour eux en période de pointe. C´est un secteur très spécifique, avec un grand nombre de petits producteurs concentrés entre Lochristi, Beervelde, Destelbergen et Wetteren.  Là, il faut être proche des clients, et nous avons donc décidé de conserver un dispatching spécifique à Wetteren avec deux personnes sur place. Les clients insistent aussi beaucoup pour avoir des chauffeurs belges, et c´est exactement ce que nous allons leur garantir. De cette zone, les produits seront regroupés dans nos entrepôts avant de partir pour les destinations internationales avec notre flotte polonaise ou bulgare. Notre avantage, c´est de pouvoir proposer des équipages doubles pour le trajet sur longue distance vers les clients en France ou en Italie. » La reprise de Frulleux enrichit la flotte de TP&H Group de douze ensembles supplémentaires, dont la moitié de camions-remorques.

Plus de contrôles, svp

Avec ses 25 ans d´expérience en Europe centrale, Joos Vandijck jette un regard autorisé sur les différentes vagues de délocalisations qui se sont succédé ces dernières années : « Nous avons toujours mis un point d´honneur à travailler de manière 100 % légale. En Pologne et en Bulgarie, nous avons une infrastructure, un dispatching spécifique et tout l´accompagnement social nécessaire, y compris en matière de formation continue.

Je vois bien que certains collègues pratiquent, disons, une autre forme de paiement des salaires ou d´autres qui essaient de s´en sortir via des sociétés d´intérim, et je ne parle même pas des boîtes aux lettres pures et simples. D´une part, je voudrais bien savoir si toutes ces constructions sont légales, mais je sais surtout qu´elles ne permettent pas d´offrir à la clientèle le service auquel elle a droit. Chez nous, les chauffeurs travaillent depuis des années dans la même société, et nos Polonais sont des ambassadeurs de notre société au même titre que nos chauffeurs belges. Cela ne sera jamais possible avec des intérimaires. »

Joos Vandijck voit dès lors d´un bon œil l´augmentation des contrôles routiers : « En Pologne et en Bulgarie, les contrôles deviennent plus sévères, et c´est une bonne chose. En Belgique, j´entends dire qu´il y a 150 contrôleurs supplémentaires pour le transport. J´espère qu´ils vont faire leur travail et attaquer toutes ces constructions bizarres et ces boîtes aux lettres. Récemment, un de ces contrôleurs nous cherchait la petite bête. Je lui ai dit que si je n´avais pas une filiale en Pologne et une autre en Bulgarie, je n´aurais pas pu maintenir l´emploi pour autant de personnes en Belgique. »

C´est que la concurrence des ‘ constructions illégales´ pèse de plus en plus sur les prix de transport. « Sur ce plan, je m´attends même à ce que 2014 soit la pire année depuis le début de la crise. Il y a tout simplement trop de camions sur les routes », annonce Vandijck, qui pointe comme risque principal de voir les transporteurs de l´est développer leurs relations directement avec les clients finaux sans passer par les expéditeurs.

TP&H Group en bref

• En Belgique : Truck Handling & Parking, Transport Vandijck, ESV et Vedrova (expédition seulement), soit 70 personnes environ
• En France : Frêt Diffusion et ACE Trans (expédition seulement)
• En Pologne : Vanpotrans
• En Bulgarie : Euro Express
• Flotte : 200 véhicules moteurs (2/3 DAF, 1/3 Iveco et quelques véhicles résultant des reprises récentes) et 250 semi-remorques (Schmitz)
• Concessionnaires : Gregoor (Iveco) et Peeters (DAF) + atelier propre pour la matériel tracté et les petites réparations
• Ordinateurs de bord : Trimble

www.transportgroup-tph.be

Document PDF

Tagged With: HerentalsTPVandijck

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !