Green Deal : le transport en ligne de mire

 12/12/2019  Claude Yvens  Réglementation
Green Deal : le transport en ligne de mire

Le Green Deal rendu public hier par Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, consacre un large chapitre au transport. Un secteur qui est aujourd’hui responsable du quart des émissions de CO2 de l’Union Européenne, et qui va devoir faire face à de profonds changements.

A ce stade, il ne s’agit que d’intentions : la Commission s’engage à la transformer en un plan d’action en 2020. A l’horizon 2050 :

  • une ‘partie substantielle’ des 75 % des marchandises transportées aujourd’hui par route devra l’être par la voie ferrée et / ou la navigation intérieure. Le texte ne mentionne pas les éventuels nouveaux modes de transport comme l’hyperloop néerlandais. La Commission établira des propositons en ce sens en 2021 et réécrira l’actuelle directive qui régit le transport combiné. Est-le retour du ‘modal shift’ qui avait vécu de sa belle mort ?
  • les règles relatives à la taxation sur l’utilisation des infrastructures (comme la taxe kilométrique belge) seront revues pour que les prix en transport routier reflètent mieux l’impact du transport sur la santé et l’environnement
  • un million de bornes de recharge devront être installés en Europe d’ici 2025. La Commission dégagera un budget important pour soutenir ces investissements, en plus des budgets que doivent dégager les états membres.
  • la directive sur la taxation de l’énergie sera revue. Selon l’IRU, c’est une bonne chose, puisque cela ouvre la porte à une harmonisation du prix des carburants en Europe

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !