Febiac : « La taxe kilométrique ? Un premier pas vers une fiscalité plus intelligente »

 31/03/2016  Yannick Haesevoets  News Transport, Economie
Febiac : « La taxe kilométrique ? Un premier pas vers une fiscalité plus intelligente »

Alors que l’on assiste à une levée de boucliers du côté des fédérations de transporteurs et de certaines fédérations sectorielles (comme Comeos qui représente les commerces), Febiac fait entendre quant à elle une voix discordante quant à l’introduction de la taxe kilométrique : « Cette réforme de la fiscalité routière doit marquer un passage vers une tarification routière plus équitable et davantage durable selon le principe de « l’utilisateur payeur », explique la Fédération de l’Automobile et du Cycle dans un communiqué de presse.

« Ce nouveau processus de taxation poursuit plusieurs objectifs. Il s’agit notamment de taxer l’utilisation – et non plus la possession – d’un véhicule, de procéder à une taxation équitable touchant non seulement les véhicules immatriculés en Belgique, mais également ceux qui arborent une immatriculation étrangère, mais aussi d’inciter les entreprises (de transport) à recourir à des véhicules plus écologiques, raison pour laquelle la tarification kilométrique retenue est directement liée à la norme Euro d’appartenance du véhicule. », poursuit le communiqué.

Et Febiac de pointer l’augmentation des immatriculations de véhicules lourds (+ 8,12 % en 2015 et + 29 % en ce début 2016) comme une preuve de l’engagement des transporteurs à renouveler leur parc avec des véhicules plus verts, comprenez répondant à la norme Euro 6 : « On le voit, un lien évident peut être tissé entre l’entrée en vigueur de ce nouveau mode de perception de redevance kilométrique et l’empreinte écologique des véhicules appelés à circuler sur nos routes. »

FEBIAC tient finalement à rappeler qu’elle est résolument favorable à l’introduction d’un principe de redevance kilométrique intelligente étendu à l’ensemble du parc motorisé, pour glisser d’une taxation de la possession d’un véhicule vers une taxation de l’usage qui en est fait, dans ou en-dehors de l’heure de pointe.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !