Febetra : « Sans contrôle, la révision de la directive détachement ne servira à rien »

 07/03/2016  Claude Yvens  Réglementation
Febetra : « Sans contrôle, la révision de la directive détachement ne servira à rien »

Partant du principe « A travail égal, salaire égal », Marianne Thyssen souhaite modifier la directive détachement des travailleurs dans l’Union européenne. Son objectif : que les travailleurs détachés n’aient plus seulement droit au salaire minimum, mais également à tous les avantages octroyés par les conventions collectives. Pour la Febetra, cela constitue une avancée par rapport à la situation actuelle mais, sans contrôle adéquat, cela ne servira à rien.

Marianne Thyssen, commissaire européenne à l’Emploi et aux Affaires sociales, veut apporter des modifications à la directive détachement en vue d’imposer des conditions de travail plus justes pour tous et enrayer la concurrence déloyale. Elle compte soumettre son projet ce mardi 8 mars au collège des commissaires.

Pour la Febetra, on avance dans la bonne direction. « Depuis l’élargissement de l’Union européenne, le pavillon belge régresse d’année en année à l’international », développe Philippe Degraef. « Au niveau coûts, il n’est plus possible de nos jours de faire du grand international avec des véhicules belges et des chauffeurs belges. Même sur les courtes distances vers nos pays voisins, la situation est préoccupante pour nos transporteurs belges qui ne parviennent pas à faire face à la concurrence étrangère. Fort de ce constat, il importe donc de tout mettre en œuvre afin de préserver le transport domestique et afin de pouvoir se battre à armes égales avec les caboteurs étrangers qui opèrent sur nos terres sous le couvert de la directive détachement. En ce sens, la décision de Marianne Thyssen constitue une avancée par rapport à la situation actuelle. Mais en théorie seulement. »

Car, dans la pratique, tout dépendra de la bonne volonté des instances de contrôle belges et étrangères… « Les dispositions de la directive détachement ne peuvent être contrôlées de façon efficace que si les instances de contrôle de tous les Etats-membres sont disposées à collaborer et à échanger les informations requises », insiste Philippe Degraef. « On n’a malheureusement aucune garantie que la volonté de procéder de la sorte soit présente. Le fait que tous les nouveaux Etats-membres sont farouchement opposés à une révision de la directive détachement n’est pas de nature à nous rassurer. Sans contrôle adéquat, les modifications proposées par Marianne Thyssen ne serviront strictement à rien. »

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !