Étude : « La part des services de colis dans les villes congestionnées est insignifiante »

 09/09/2019  Philippe Van Dooren  News Logistics, E-commerce
Étude : « La part des services de colis dans les villes congestionnées est insignifiante »

Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, les camionnettes de livraison de colis ne contribuent que très peu au trafic dans la ville. C’est ce qu’une étude autrichienne vient de démontrer. A Vienne, ils ne représentent que 0,8 % du trafic total. Par conséquent, toute mesure imposée pour limiter leurs efforts aurait très peu d’effet.

L’étude a été réalisée par l’Institut d’Économie et de Logistique des transports de l’Université de Vienne. Il s’avère que, avec 86,5 %, les voitures particulières représentent de loin la part la plus importante du trafic total à Vienne. Le trafic commercial représente 13,5 % du total.

Au sein de ce groupe, les camionnettes d’artisans et de techniciens représentent la plus grande part du trafic (6%), suivies des autobus (1,8%), des véhicules de construction (1,7%) et des services de colis (0,8%). Les services publics, le commerce alimentaire et les véhicules de ramassage des ordures représentent chacun une proportion encore plus faible. La rubrique ‘autres véhicules’, y compris les camions, représente 2 % du trafic.

Selon l’auteur de l’étude, le professeur Sebastian Kummer, le trafic peut être réduit en s’attaquant prioritairement à la circulation automobile. Restreindre la circulation commerciale nuirait à la rentabilité des commerces et des entreprises. De plus, il ne croit pas que le regroupement des envois de colis soit une solution. « Même si l’on réduisait le nombre de véhicules de livraison de 10 %, l’effet serait toujours limité à moins de 0,1 % », note-t-il.

(Photo Paketda.de)

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !