Emissions de CO2 : la Commission impose une réduction de 30 % d’ici 2030

 17/05/2018  Claude Yvens  Réglementation
Emissions de CO2 : la Commission impose une réduction de 30 % d’ici 2030

La Commission européenne vient de publier une proposition législative pour réduire les émissions de CO2 des poids lourds d’ici 2030. Cette proposition ne ravit pas les constructeurs…

L’objectif fixé par la Commission comporte deux étapes : par rapport au niveau moyen des émissions de CO2 de 2019 (la première année où les constructeurs devront certifier leurs émissions de CO2, NDLR), les émissions devront avoir baissé de 15 % en 2025 et de 30 % en 2030. Selon les experts de la Commission, il est possible d’atteindre l’objectif de 2025 avec les technologies actuellement disponibles. Pour 2030, un nouvel examen des technologies disponibles serait effectué en 2022 pour modifier (à la hausse) l’objectif de 30 %. La mesure épargnerait jusqu’en 2022 les poids lourds utilisés dans la construction, le ramassage d’ordures et d’autres fonctions spéciales, ainsi que les camions de moins de 7.5 tonnes.

Soutien à l’innovation

En marge de ces objectifs contraignants, la Commission propose d’encourager financièrement les constructeurs qui investiront le plus dans les technologies permettant de réduire la consommation de leurs véhicules. Cela ne semble pas rassurer les constructeurs qui, par la voix de leur association représentative ACEA, regrettent que la Commission ait adopté pour les poids lourds le même mode de calcul linéaire que pour les voitures et les utilitaires légers, sans tenir compte de la grande variété de configurations et de cycles d’utilisation qui caractérisent les poids lourds. L’ACEA estime également que l’objectif fixé pour 2030 est trop élevé si l’on tient compte des délais nécessaires au développement de nouvelles technologies innovantes.

Quant à l’association environnementale T&E, elle se réjouit de la proposition de la Commission, soulignant que les objectifs fixés permettront aux transporteurs de réaliser des économies de 5000 euros par an et par véhicule à terme.

 

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !