Eloy : “La croissance est le résultat de notre savoir-faire”

 03/09/2013  Yannick Haesevoets  Construction
Eloy : “La croissance est le résultat de notre savoir-faire”

Actif depuis 1965 dans le domaine des travaux publics comme privés, le groupe Eloy, basé à Sprimont (Province de Liège) a toujours privilégié une politique d’investissement et d’innovation qui lui permet aujourd’hui de compter plus de 320 collaborateurs. Au fil du temps, le groupe a diversifié ses activités avec la création, entre autres, d’Eloy Water, une filiale dédiée au traitement des eaux et présente à la grande exportation dans 33 pays, d’Eloy Béton, une entreprise de fourniture de béton prêt à l’emploi et d’Eloy Prefab société de préfabrication d’éléments en béton et d’assemblages de kits électromécaniques.

Le groupe familial a été créé, il y a bientôt un demi-siècle, par Robert Eloy, rejoint quelques années plus tard par ses enfants, puis par la troisième génération au début de ce troisième millénaire. « Mon grand-père s’est très vite intéressé au traitement des eaux usées », débute Pierre-Etienne Eloy. « Il n’est donc pas étonnant que notre développement international soit passé par cette activité. Nous sommes convaincus de la qualité de la station d’épuration individuelle que nous avons entièrement conçue et développée. Nous pouvons aujourd’hui équiper aussi bien des clients particuliers que des collectivités, comme des hôpitaux ou des aéroports, sur tous les continents. »

Valeurs familiales

Le groupe Eloy a réussi à poursuivre sa croissance malgré les années chahutées que nous traversons actuellement. Ses différentes sociétés ont engagé une soixantaine de nouveaux collaborateurs depuis le début de l’année ! « Lorsque nous procédons à un engagement, nous recherchons avant tout des profils positifs avec une mentalité qui colle aux valeurs familiales que nous défendons depuis nos débuts. », explique l’administrateur. « Grâce à la somme des compétences et expériences présentes au sein de l’entreprise, nous pouvons en effet former efficacement nos nouveaux collègues. Par contre, ce n’est pas notre procéder à leur éducation. Le savoir-être est primordial. Nous ne cherchons pas à nous développer pour la forme, mais à nous améliorer pour satisfaire notre clientèle. »

L’entreprise familiale utilise pour ses différentes activités une flotte d’environ 150 véhicules utilitaires, lourds comme légers, et d’engins de chantier. « Nous disposons d’une bonne vingtaine de poids lourds, dans différentes configurations : double ponts, 4 essieux, semi-remorques, grues, mixer à béton… et faisons appel à de nombreux sous-traitants, à qui nous confions des dizaines de missions de transport chaque jour. Nous réservons les transports classiques et les approvisionnements à nos sous-traitants, et gardons en interne les missions spéciales qui requièrent davantage de savoir-faire et de technique. » La flotte lourde d’Eloy se répartit entre DAF, aujourd’hui majoritaire, et MAN, qui a fait son entrée récemment dans l’entreprise sprimontoise. « Nous sommes très satisfaits de notre véhicule allemand équipé du système d’entraînement hydrostatique de l’essieu avant HydroDrive. Nous avons d’ailleurs quatre véhicules avec le même équipement en négociation chez notre concessionnaire. »

Tous les véhicules sont financés sur fonds propres ou via des crédits d’investissement classiques. Pour les sous-traitants, les contrats sont passés à la mission, sur base d’un appel d’offre. « Les charges sociales et le prix du carburant sont des données qu’il est difficile de connaître longtemps à l’avance. Nous estimons que cela n’a pas beaucoup de sens de signer des contrats à l’année si nous devons ensuite les amender plusieurs fois en cours de route. Nous comptons quand même quelques prestataires fidèles avec qui nous travaillons depuis plusieurs années. »

Remise à neuf

Pour maintenir sa flotte en état, Eloy dispose d’un atelier complet et de quatre mécaniciens à temps plein. « Il n’est pas question qu’un véhicule prenne la route s’il n’est pas en ordre, même au niveau carrosserie », reprend Pierre-Etienne Eloy. « Nous imposons cette même contrainte à nos sous-traitants, car il en va de notre image de marque. Les camions sont entretenus par nos soins, et nous les envoyons chez le concessionnaire de la marque en cas de problème plus important. » Pour les utilitaires légers (une soixantaine d’unités), la flotte se compose en grande partie d’Iveco Daily double cabine avec plateau mais aussi de camionnettes Ford et Peugeot. Ces véhicules sont tous entretenus de A à Z dans les ateliers du groupe Eloy.

« Nous insistons auprès de nos collaborateurs sur le respect du matériel. Un matériel bien entretenu véhicule en effet une image positive, et vous laisse rarement tomber. » Chaque année, lors des congés annuels de l’entreprise, les mécaniciens sont rejoints par quelques collègues de travail volontaires et procèdent à une véritable remise à neuf de tout le matériel roulant. « Nous pouvons vraiment nous reposer sur des collaborateurs passionnés et motivés. Nous leur faisons d’ailleurs confiance pour le choix du matériel. C’est grâce à cette implication que MAN a fait son entrée dans notre parc. »

Projets télématiques

En plus d’un logiciel de planification des tournées développé en interne, la flotte du groupe Eloy est équipée d’unités embarquées utilisées pour des applications de géolocalisation. Ce dispositif nous est vraiment utile, non seulement cas de vol sur chantier, mais, au quotidien, pour le pointage des prestations. Nous sommes assurés de disposer d’une imputation correcte des frais de chantier et d’un calcul rigoureux des heures prestées par les membres du personnel. « Nous sommes actifs à ce niveau depuis sept ans. Nous souhaitons passer à la vitesse supérieure et disposer d’un système plus complet, avec des boîtiers couplés au bus CAN du véhicule pour l’extraction et l’analyse des données, mais cela est encore trop coûteux actuellement. Nous avons donc décidé de reporter l’investissement à plus tard. Il serait également intéressant de mesurer le comportement de conduite de nos chauffeurs, même si ce n’est pas évident pour les missions sur chantier, pour les aider ensuite à améliorer leurs performances. »

Quand de nouveaux véhicules sont livrés, chaque chauffeur bénéficie d’une demi-journée de formation donnée directement par la marque concernée. « C’est ensuite notre conseiller en prévention qui prend le relais et assure le suivi individuel. En cas de problème récurrent avec un de nos chauffeurs, il assure également un accompagnement adéquat pour remédier à la situation. » Le recrutement de nouveaux chauffeurs est facilité par l’appartenance à la commission paritaire « construction », plus favorable que celle du transport. « Nous recrutons avant tout des ouvriers qualifiés et nous les formons ensuite à la conduite de poids lourds si nécessaire. Cette démarche est nécessaire si nous voulons continuer à assurer un niveau de service élevé », conclut l’administrateur.

Ancrage régional

Au niveau local, l’entreprise est réputée pour son activité historique, les travaux publics et le terrassement. « Nous participons en effet régulièrement à des chantiers de prestige », détaille Pierre-Etienne Eloy. « Nous pouvons par exemple citer différentes missions sur le site de Liège Airport, le terrassement et l’aménagement des abords du centre commercial Ikea en périphérie liégeoise ainsi que différents travaux pour le compte du Standard de Liège, tant au centre d’entraînement qu’aux abords immédiats du stade. Pour le moment, notre chantier le plus médiatique est celui de l’aménagement de la Place des Guillemins, devant la nouvelle gare Calatrava, où 30.000 personnes passent chaque jour, et qui devrait être terminé pour la fin de l’année. »

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !