UPDTE Elections 2019 : les propositions (et les réponses) d’Ecolo

 15/05/2019  Claude Yvens  Réglementation
UPDTE Elections 2019 : les propositions (et les réponses) d’Ecolo

La rédaction de Transportmedia a lu les programmes des partis politiques qui se présentent aux élections fédérales, régionales et européennes du 26 mai et en a retiré les propositions qui concernent le transport routier. Voici donc quelques extraits choisis du programme d’Ecolo (toutes les propositions sont en italique).

Nous avons par ailleurs demandé au parti de clarifier sa position sur certains points non mentionnés dans son programme électoral. Ces réponses sont publiées en fin d’article.

La Mobilité occupe la 2e place sur 19 thèmes traités dans le programme.

Dumping social

  • Les conditions de travail pour les salariés du secteur routier doivent être harmonisées vers le haut, par l’instauration de salaires minimums ou bien encore imposer des temps de repos obligatoires.

Zone basses émissions (LEZ)

  • Il faut une mesure efficace en termes de flux routiers pour la Région bruxelloise, tant pour des questions de mobilité que de qualité de l’air. La zone basse émission (LEZ) agira en partie sur la qualité de l’air mais ne suffira pas, singulièrement en termes de diminution de la circulation. L’option du péage sera donc défendue, sur le modèle londonien, sous la forme « Pentagone + zones de bureaux de première couronne – quartier Nord/européen/Midi/Porte de Namur/T&T- » ( = 20 km2). Les recettes iront à l’exploitation des transports en commun.

Propulsions alternatives

  • Tous les poids lourds et utilitaires légers doivent finalement devenir des véhicules à zéro émissions
  • On ne devrait plus vendre de voitures neuves à carburant fossile en Europe après 2030.
  • Un incitant pourrait également être  proposé pour le développement des stations-service à carburant alternatif.  

Autres thèmes au niveau européen

  • A l’occasion de l’avant-dernière session plénière du Parlement européen, début avril, nous avons soutenu la directive sur le cabotage. Nous croyons que l’introduction du tachygraphe intelligent, la limitation du temps de cabotage à 3 jours, la période de carence dans le pays d’origine avant le cabotage de  60 heures permettront de mieux suivre les véhicules et de lutter contre la concurrence déloyale et le contournement des règles.
  • Pour éviter que des entrepreneurs peu scrupuleux n’enfreignent les règles en utilisant des véhicules utilitaires légers pour fournir des services de transport, il fallait également faire rentrer ces véhicules dans le cadre de la directive.
  • Les Verts se sont toutefois opposés à la directive “détachement” du paquet “mobilité sociale” car nous sommes opposés à faire des travailleurs du secteur du transport des travailleurs de second ordre qui ne bénéficieraient pas de droits et protections à la hauteur de ceux qui sont reconnus dans la directive générale sur le détachement révisée en 2018. Nous considérons que celle-ci doit également s’appliquer à ces travailleurs.
  • Ces directives doivent encore être transposée dans le droit belge. Ce dossier revêt une importance particulière pour les Ecologistes considérant la place géographique centrale de la Belgique et son rôle de pôle logistique. Nous veillerons à ce que ces directives soient transposées sans tarder et en impliquant les partenaires sociaux concernés.

Taxe kilométrique

  • Notre objectif est de favoriser une mobilité et une circulation des marchandises efficace, et de promouvoir les alternatives au transport routier lorsqu’elles existent. Il s’agit également d’avoir les outils les plus pertinents et efficaces. La taxe kilométrique par exemple, doit selon nous s’appliquer selon des tarifs différents afin de rencontrer son objectif de désengorgement des grandes villes, comme Bruxelles.
  • le prélèvement kilométrique peut être utilisé comme un soutien aux investissements dans des poids lourds à propulsion alternative.

Vision interfédérale de la mobilité

  • Nous sommes favorables au bon fonctionnement du comité interministériel de la mobilité et des transports. Plutôt que de créer un nouvel organe interfédéral, nous souhaitons que le comité interministériel existant fonctionne correctement, avec l’aide du SPF Mobilité & Transports, avec pour objectif d’améliorer la mobilité entre les trois Régions.

Ecocombis

  • Dans la logique d’un transfert modal visant davantage d’efficacité, mais également la diminution des pollutions liées au transport routier, Ecolo est opposé aux ‘super trucks’ (également appelés ‘Ecocombis’) et ne souhaite pas voir leur utilisation se développer et se généraliser.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !